Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une rencontre sur la danse Taskiouine à Taroudant

Etat des lieux du patrimoine national et les garanties de sa sauvegarde




Une rencontre sur la danse Taskiouine à Taroudant
Le Centre culturel et social de Taroudant organise, le 1er octobre prochain, une rencontre de concertation et de sensibilisation autour de la danse "Taskiouine", dans la perspective de préparer sa candidature à l'inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).
Cette journée d'étude sera consacrée notamment à la présentation du contenu du film documentaire qui sera présenté pour appuyer cette candidature, à l'examen des conditions et des garanties inhérentes à la sauvegarde de ce patrimoine culturel et à l'obtention de l'accord préalable des artistes et des collectivités locales, indiquait récemment un communiqué du ministère de la Culture.
Au menu de cette rencontre figurent notamment, selon la même source, des exposés de Mustapha Nami sur "le concept du patrimoine immatériel et son importance identitaire, culturelle, sociale et économique" et d'Ahmed Skounti sur "le processus de présentation des dossiers de candidature à l'inscription sur les listes de l'UNESCO".
Cette journée d'étude ambitionne de faire un état des lieux du patrimoine national, le but étant de définir les garanties de sa sauvegarde, ajoute le communiqué, notant que l'inscription de la danse "Taskiouine" sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l'UNESCO consoliderait les efforts déployés par les acteurs locaux.
Recélant une connotation militaire, la danse de "Taskiouine" est un art folklorique populaire de la région de Taskourt au Haut Atlas occidental qui tient son nom de la corne à poudre en argent - Tiskt au singulier et Taskouine au pluriel - que les danseurs, exclusivement des hommes, portent sur leurs épaules.
"Taskiouine" évoque les épopées de bravoure et de courage et prêche la communion tribale par le biais d'une harmonieuse chorégraphie faisant l'apologie de l'abnégation de l'individu pour la survie du groupe.
Cette rencontre est co-organisée par l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM), l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP), la direction du patrimoine culturel relevant du ministère de la Culture, l'Association Tourmat ou Nikoulian et l'Association Targa.

MAP
Samedi 28 Septembre 2013

Lu 244 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs