Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une quinzaine de morts dans une attaque attribuée aux Shebab dans le nord-est du Kenya

Le raid sanglant intervient à deux semaines de la visite de Barack Obama à Nairobi




Une quinzaine de morts dans une attaque attribuée aux Shebab dans le nord-est du Kenya
Au moins 14 personnes ont été tuées et 11 blessées mardi dans un village du nord-est du Kenya à la frontière avec la Somalie, lors d'une attaque attribuée aux militants islamistes shebab par les autorités kényanes.
Personne n'a revendiqué l'attaque, qui intervient à deux semaines de la visite au Kenya du président américain Barack Obama et a été confirmée par la police et la Croix-Rouge kényanes.
Mais les autorités suspectent les shebab somaliens, responsables d'une série de raids meurtriers dans la région ces derniers mois.
"L'attaque a eu lieu dans un village proche d'un grand marché aux bestiaux près de la ville. Quatorze personnes sont mortes", a déclaré un responsable de la police dans la ville de Mandera, dans l'extrême nord-est du Kenya, à la frontière avec la Somalie et l'Ethiopie.
L'information a été confirmée sur twitter par le chef de la police kényane, Joseph Boinnet, qui évoque une "attaque de shebab à Mandera" ayant fait "14 morts et 11 blessés".
Cette zone est habitée en majorité par des ouvriers travaillant dans les carrières voisines mais originaires d'autres régions du Kenya.
Les shebab avaient mené un raid sanglant contre une carrière proche de Mandera fin 2014, tuant à bout portant 36 hommes qu'ils avaient identifiés comme non musulmans. Quelques jours plus tôt, 28 passagers d'un bus avaient été froidement exécutés.
"Les gens dormaient quand l'attaque est survenue. Ils (les attaquants) ont lancé des explosifs dans les maisons", a expliqué le chef de l'administration locale Alex Ole Nkoyo.
"Vu la nature de l'attaque, ce sont des shebab. Ils ont employé des explosifs et des armes automatiques", a-t-il estimé.
La Croix-Rouge kényane a envoyé un avion médicalisé pour évacuer sur Nairobi certains blessés dans un état critique.
Les shebab, islamistes affilés à Al-Qaïda à la tête d'une insurrection armée depuis 2007, ont juré la perte des autorités somaliennes portées à bout de bras par les pays occidentaux et appuyées militairement par les 22.000 hommes de la Force africaine en Somalie (Amisom).
Ces miliciens islamistes somaliens visent de plus en plus le Kenya, élément essentiel de l'Amisom. Dans leur attaque la plus meurtrière, les shebab avaient tué 148 personnes, en grande majorité des étudiants, à l'université kényane de Garissa en avril dernier.
En 2013, 67 personnes avaient été tuées lors d'une attaque dans le centre commercial Westgate de Nairobi, également revendiquée par les shebab.
Ces dernières années, les militants islamistes ont été chassés de la plupart de leurs bastions du centre et du sud somaliens, mais continuent de contrôler de vastes zones rurales et multiplient les opérations de guérilla contre les institutions somaliennes et l'Amisom.

Mercredi 8 Juillet 2015

Lu 351 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs