Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une production de l’Orchestre philharmonique du Maroc




Une production de l’Orchestre  philharmonique  du Maroc
Une nouvelle échappée pour (re)découvrir La Traviata, un des opéras les plus célèbres dans le monde signé du plus grand compositeur lyrique italien, Giuseppe Verdi. C’est ce que propose l’Orchestre philharmonique du Maroc, à partir de jeudi 11 jusqu’à mardi 16 avril, au Théâtre national Mohammed V à Rabat.
Après Rigoletto en 2005, L’Enlèvement au Sérail (2006), Carmen (2007), Le Barbier de Séville (2008), Les Noces de Figaro (2009), La Flûte enchantée en 2010, Tosca en 2011 et récemment La Bohème de Puccini (2012), l’OPM se lance donc un nouveau défi avec ce chef-d’œuvre lyrique en trois actes inspiré du roman « La Dame aux camélias » d’Alexandre Dumas.
Une belle évasion en perspective pour les spectateurs marocains qui pourront apprécier une œuvre majeure souvent représentée à travers le monde et qui a offert l’un des plus beaux rôles de soprano de l’histoire de l’opéra.
«Il faut beaucoup de justesse et d’inspiration pour diriger un orchestre », a d’emblée reconnu le chef invité Bruno Membrey, lors d’une rencontre tenue à Casablanca. Ce dernier, qui a dirigé de prestigieux orchestres, a déclaré qu’il dirigeait pour la première fois l’Orchestre philharmonique du Maroc. Et qu’« étant donné que la musique est un langage universel, il n’y a en général aucun souci pour se faire comprendre des musiciens. En plus, ici tout le monde parle français», a-t-il confié avec confiance.
Profondeur des sentiments, musique sublime, mécanique dramatique implacable sont au cœur de cet opéra mis en scène par Jean-Marc Biskup et produit dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Verdi, en partenariat avec la Compagnie française d’Opéra.
Cette production, qui verra la participation du chœur, Les Voix du Maroc et danseurs de l’école Fit n’dance, relate l’histoire de « Violetta, une courtisane de grand style (qui) tient salon et reçoit de nombreux personnages influents. Alfredo, secrètement amoureux d’elle, lui ouvre son cœur. Celle-ci troublée, ne veut pas s’attacher à un seul homme… ». La suite sur les planches du Théâtre Mohammed V.
A propos de l’OPM, Yassinz Matjinouche secrétaire général de l’orchestre, a rappelé que son « rôle est de produire des œuvres majeures, de pouvoir les amener vers le public », entre autres.  Avant de conclure que si « le Maroc n’a pas de moyens de jouer chaque fois plusieurs opéras dans l’année, comme cela se fait dans d’autres pays du monde, nous considérons que le fait de pouvoir donner un opéra par an est une fierté pour le Maroc », s’est-il réjoui.

Dates de représentations :
Jeudi 11 avril (19h) : répétition réservée au public scolaire
Samedi 13 avril (19h30) : concert de gala
Lundi 15 avril (20h) : représentation publique
Mardi 16 avril (20h) : représentation publique.

Alain Bouithy
Mercredi 10 Avril 2013

Lu 812 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs