Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une plateforme commune pour préparer un programme national alternatif

Les leaders de l’USFP et de l’Istiqlal donnent une conférence de presse conjointe aujourd’hui à Rabat




Une plateforme commune pour préparer un programme national alternatif
Après plusieurs mois de réunions, de rencontres et de rendez-vous au sommet, c’est désormais chose faite. Usfpéistes et Istiqlaliens se sont mis d’accord sur les mécanismes et les instruments d’une action commune. L’entente a pris  la forme d’une charte qui sera annoncée aujourd’hui jeudi 31 octobre au cours d’une conférence de presse conjointe des deux leaders de l’USFP et de l’Istiqlal qu’accueillera le  siège central de l’Istiqlal.
Une commission conjointe réunissant socialistes et Istiqlaliens est à pied d’œuvre depuis le mois de juillet dernier –date à laquelle le rapprochement USFP et Istiqlal a été officiellement scellé- pour réfléchir et mettre en place les fondements de l’action  unitaire.  
Ce mercredi 30 octobre, les  ultimes corrections étaient apportées à la rédaction de la Charte d’action commune de ces deux formations politiques, désormais sur les mêmes bancs de l’opposition. « En fait, nous avons travaillé à une plateforme d’orientation qui a pour point de départ l’évaluation et l’analyse de la situation générale actuelle sur les plans politique, économique, social, culturel, environnemental, etc. Notre analyse va au-delà de la critique du gouvernement Benkirane, qui est un gouvernement accidentel », explique ce cacique du parti de la Rose.
De longues semaines de débats en commission ont été nécessaires avant que la charte  ne voie le jour. Il s’agit, précise cet Istiqlalien en vue, d’une plateforme qui sera le cadre permettant la mise en place d’un programme national alternatif. « L’une des nouveautés réside dans le fait que les deux partis ont fortement insisté sur l’adoption de mécanismes de mise en œuvre de ce programme national.
De la même manière, nous avons mis l’accent sur la nécessité de faire de l’action et la culture unitaires un élément fondamental non seulement au niveau des directions mais aussi et surtout au niveau des bases », révèle ce dirigeant du parti de la Balance.
Du côté de l’Union socialiste des forces populaires, on  applaudit des deux mains cet  avenir commun sur les travées de l’opposition et la perspective de se faire « force de proposition alternative ». Driss Lachgar, le secrétaire général de l’USFP, a les mots pour le dire, égrenant les séquences d’une histoire commune résolument militante.  « Nous avons la légitimité historique en plus de celle militante. Le nouveau pacte liant les deux formations politiques procède d’abord de la clarté et puise sa source dans le référentiel et les combats menés en commun par les socialistes et les Istiqlaliens.Au sein du mouvement national, nous avons lutté ensemble contre l’occupant et pour la libération des peuples. Ensuite, nous avons milité ensemble, à l’indépendance, pour que soient édifiés l’Etat-Nation, la démocratie transparente, et la non falsification des élections jusqu’à l’avènement du gouvernement d’alternance dont l’Istiqlal et l’USFP ont constitué l’épine dorsale ».
Attention, préviennent les socialistes marocains, le pacte USFP-Istiqlal ne signe pas la résurrection de la Koutla.  « Que l’on se rassure, la nostalgie n’est pas au rendez-vous ! », s’exclame ce député du parti de la Rose. Mais pas question, par contre, de faire l’économie d’une lecture des expériences du travail unitaire entre ces deux partis du mouvement national, de la première Koutla Al Watanya dans les années  1970 au Bloc démocratique de la décennie 1990. « Tout le monde est d’accord pour souligner la vérité historique suivante : à chaque fois que le binôme USFP-Istiqlal est à l’attelage, il y a une dynamique politique qui se crée à travers des réformes répondant aux exigences de chaque période historique. En fait, le Maroc politique me semble être en panne quand socialistes et Istiqlaliens prennent des positions divergentes », fait remarquer cette figure de l’instance exécutive du parti de la Rose.
A la question de savoir si cette alliance istiqlalo-usfpéiste pourra intégrer d’autres partis de l’opposition, ce socialiste blanchi sous le harnais s’empresse de s’exclamer : « Réussissons d’abord à deux pour mieux percevoir l’avenir ! ».

Narjis Rerhaye
Jeudi 31 Octobre 2013

Lu 625 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs