Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une photo et toute une polémique




La star de la chanson tunisienne, Saber Rebaï, qui doit donner cette semaine un concert en Cisjordanie occupée, a dû s'expliquer après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une photo de lui en compagnie d'un soldat israélien. Cible de multiples critiques, le chanteur a affirmé pour sa défense qu'il ne savait pas que l'homme était un soldat israélien et qu'il avait "toujours rejeté la normalisation". La photo controversée a été prise alors que Saber Rebaï passait la frontière entre la Jordanie et la Cisjordanie en vue d'un concert prévu vendredi à Rawabi, une ville nouvelle palestinienne près de Ramallah. Le chanteur a accepté d'être pris en photo au côté d'un militaire en uniforme du Cogat, l'organe du ministère israélien de la Défense en charge des Territoires occupés, nommé Hadi Khatib. Le Cogat a ensuite posté cette photo en disant être "heureux de faire la promotion de concerts". Il a par la suite retiré la photo, mais celle-ci a quand même été largement diffusée sur les réseaux sociaux palestiniens. Un médecin de la Bande de Gaza a écrit "honte à toi" à l'adresse du chanteur.
Saber Rebaï, juge dans la version arabe de "The Voice", une émission de télé-crochet musical, a affirmé qu'il ne savait pas que Hadi Khatib était un militaire. "Il s'est présenté comme un Arabe et m'a expliqué qu'il était chargé de faciliter mon passage et celui des membres de mon groupe de façon à ce qu'il n'y ait pas de communication avec l'armée israélienne", a affirmé le chanteur dans un communiqué. Saber Rebaï a assuré qu'il est "depuis longtemps un partisan de la cause palestinienne et qu'il rejetait une normalisation avec l'ennemi qu'est Israël", a ajouté le communiqué. Il a également posté des photos de lui avec le président palestinien Mahmoud Abbas.
Rappelons, par ailleurs, que la Tunisie et Israël ont ouvert des bureaux d'intérêts en 1996 à Tunis et Tel-Aviv à la suite des accords d'autonomie conclus entre Israël et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Mais à la suite du déclenchement de la seconde Intifada en l'an 2000, la Tunisie a rompu officiellement tout lien diplomatique avec Israël provoquant la fermeture des bureaux d'intérêts.

Jeudi 25 Août 2016

Lu 688 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs