Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une partie de l'opposition syrienne quitte Genève

Accord pour l'évacuation de civils assiégés au nord-ouest de la Syrie




Les principaux responsables de l'opposition syrienne ont commencé à quitter Genève, jugeant "inacceptable" de poursuivre les négociations de paix avec le régime de Damas qu'ils accusent de massacrer des civils.
 Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 44 civils ont été tués mardi dans des frappes vraisemblablement menées par l'aviation syrienne sur deux marchés dans la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, qui est exclu, comme le groupe Etat islamique (EI), de la trêve entrée en vigueur fin février entre régime et rebelles.
Réagissant à ces attaques, parmi les plus sanglantes depuis le début du cessez-le-feu, l'opposition syrienne, rassemblée au sein du Haut comité des négociations (HCN), a condamné des "massacres". "Viser des marchés populaires bondés de civils représente une escalade dangereuse", a-t-elle affirmé dans un communiqué.
 Il s'agit d'une "preuve supplémentaire du bien-fondé (...) du choix du HCN de suspendre sa participation aux pourparlers" de Genève, a-t-elle ajouté.
 Les principaux responsables de l'opposition ont commencé à quitter Genève en ne laissant sur place qu'une équipe "technique", a annoncé mardi le coordinateur général du HCN, Riad Hijab. "Certains collègues du HCN sont partis hier, d'autres partent aujourd'hui ou vont quitter Genève d'ici à vendredi", a-t-il précisé.
 Le deuxième round de négociations, qui a débuté le 13 avril, devrait en principe s'achever vendredi.
 L'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura devait s'entretenir mercredi avec la délégation du régime à Genève.
 M. Hijab a par ailleurs demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de "reconsidérer" l'accord de trêve. "Il faut qu'il y ait des observateurs internationaux sur le terrain et que l'ONU constate les violations et demande des comptes aux coupables", a-t-il dit.
 Il a également reproché aux Américains d'avoir mis fin aux livraisons d'armes aux rebelles alors que les Russes ont eux continué à soutenir l'armée syrienne.
 De son côté, le régime s'est dit prêt à discuter de la création d'un gouvernement de coalition avec l'opposition mais pas du sort du président Bachar al-Assad, a déclaré mardi à l'AFP Bachar al-Jaafari, le négociateur en chef de Damas. "Ce n'est pas dans nos compétences, ni dans nos prérogatives, de discuter du sort du président Bachar al-Assad", a-t-il dit.
 Le sort du président syrien reste la principale pierre d'achoppement dans les négociations.
 L'opposition insiste pour la constitution d'un "organisme de transition" doté des pouvoirs exécutifs et dont serait exclu Bachar al-Assad, tandis que le régime veut un "gouvernement de coalition" avec l'opposition sous l'autorité du président.
 En cinq ans, la guerre en Syrie a fait plus de 270.000 morts et obligé plus de la moitié de la population à quitter ses foyers, plusieurs millions de Syriens se réfugiant à l'étranger.
Par ailleurs, un accord a été trouvé entre rebelles syriens et troupes gouvernementales pour organiser l'évacuation de civils dans des localités du nord-ouest de la Syrie, rapporte la chaîne de télévision Al Manar appartenant au Hezbollah libanais, mercredi.
Deux cent cinquante personnes ont été autorisées à quitter les villages d’Al Foua et Kefraya assiégés par les rebelles dans la province d'Idlib.
 Un nombre identique de civils a été autorisé à quitter les localités de Zabadani et de Madaya, encerclées par l'armée syrienne, près de la frontière avec le Liban.
 Un cessez-le-feu a été conclu en septembre dans ces quatre agglomérations mais il n'a pas toujours été respecté.

Jeudi 21 Avril 2016

Lu 645 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs