Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une opération coup de poing à Meknès


Quatre cafés dechicha fermés par les autorités locales



Une opération coup de poing à Meknès
Trop, c’est trop. Aux grands maux les grands remèdes. Le phénomène nocif de la consommation de chicha  tant décrié par les Meknassis semble être en voie d’éradication. Des mesures strictes  ont été prises dans ce sens. Ainsi le wali de Meknès –Tafilalt a procédé le 14 janvier 2013 à la fermeture de quatre cafés, situés au niveau de la rue la Voûte, sise au centre-ville. Il était plus que temps.  Lesdits cafés constituaient des points de rencontre des adeptes de cette pratique nocive toutes catégories sociales et tous âges confondus. Collégiens et lycéens s’y retrouvaient en toute impunité. Pour eux, ces cafés représentent  un espace-refuge loin des regards souvent accusateurs des professeurs et des parents. L’occasion pour eux de s’affirmer et de se prendre pour des adultes alors qu’en fait il y va d’abord de leur santé. Les méfaits de la chicha sur le bien-être n’étant plus à démontrer. Et puis déserter les bancs de l’école n’est pas sans hypothéquer leur avenir, car le taux de déperdition et d’échec scolaire prend à cet égard une ampleur inquiétante. Livrés à eux-mêmes  ils se retrouvent ainsi dans la rue pour gonfler le rang des chômeurs. Les habitants de la capitale ismailienne n’ont eu de cesse de déplorer ce fléau. Ils ont, à maintes reprises, tiré la sonnette d’alarme pour interpeller les responsables locaux sur la gravité du phénomène et ses retombées très fâcheuses sur la santé des jeunes et sur leur avenir. Et le problème s’est transformé en véritable atteinte aux mœurs et à la sécurité publique. Inutile de rappeler au passage que les cafés objets de cette sanction constituaient, de l’avis de tous  et notamment des riverains, un lieu à la réputation sulfureuse.La population meknassie apprécie fortement cette décision de fermeture qui est entrée en vigueur le 14 janvier et qui durera vingt jours. Les cafés concernés par cette sanction peuvent reprendre leur activité commerciale une fois cette durée écoulée, mais à condition que la
 chicha soit définitivement bannie. La population appelle de tous ses vœux des campagnes d’assainissement de cette envergure.
 Beaucoup ignorent que le narguilé est plus toxique que les cigarettes, au point de considérer que fumer le narguilé n’est qu’une partie de plaisir à partager entre amis(es). Dans une étude réalisée par l’OMS, il a été démontré que les substances toxiques du narguilé provoquent les mêmes maladies que celles de la cigarette. Comme pour le tabac, les composants carcinogènes de la fumée du narguilé sont à l’origine des cancers du poumon, de la cavité buccale, des lèvres et de la vessie. Les maladies cardio-vasculaires sont également plus fréquentes. En Egypte, une étude rend le narguilé responsable du retour de la tuberculose dans ce pays.

Mustapha Elouizi
Mardi 22 Janvier 2013

Lu 1210 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs