Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une œuvre de Mohamed Melehi dans la collection du Centre Pompidou




Le Centre Pompidou vient d'intégrer dans sa collection une œuvre de l'artiste peintre marocain, Mohamed Melehi. En effet, depuis le 7 septembre, "Pulsation", le nom de la toile choisie, est accroché parmi les collections contemporaines du Musée national d'art moderne à Paris aux côtés d'autres œuvres de Bacon, Chuck Close, Agama et Cadre.
Cette initiative du Centre Pompidou s'inscrit dans le cadre de l'ouverture du musée sur les scènes non occidentales du fait que ce Centre engage une politique ambitieuse et inédite de développement de ses collections et d'ouverture aux scènes artistiques des pays d'Afrique et du Moyen-Orient. D’autant que la collection d'art moderne et contemporain du Centre Pompidou est l'une des deux premières au monde, la plus importante d'Europe, ce qui explique que le Centre est visité par quelque 3,5 millions de personnes par an. En fait, Il s'agirait pour ce Centre de participer à la fondation d'une nouvelle géographie culturelle du patrimoine et de la création, une géographie qui toucherait les quatre coins du globe.
Représenté en exclusivité par  la  galerie d'art "Loft" sous la houlette de Yasmine et Meryem Berrada, Mohamed  Melehi est l’un des vétérans des arts plastiques au Maroc. Né en 1936 à Assilah, Melehi a commencé ses études d'art à l'école des Beaux-Arts de Tétouan avant d'aller à Séville, puis en Hongrie et à Rome. C'est en 1964 qu'il retourne au Maroc pour enseigner à l'école des Beaux-Arts à Casablanca.
En 1969, il organise avec ses collègues de l'école des Beaux-Arts de Casablanca une grande exposition à la Place Jamaâ El Fna et quelques années après, il est cofondateur du Festival d'Asilah et président de l'Association marocaine des arts plastiques.
Parallèlement à son œuvre picturale, Mohamed Melehi a exécuté de nombreuses commandes associées à des architectes dont Abdeslam Faraoui et Philippe de Mazières. Ses œuvres figurent dans des collections prestigieuses aussi bien au Maroc qu'à l'étranger. On en trouve, entre autres,  à l'aéroport des Emirats, à l'aéroport de Riyad, en Arabie Saoudite, à la CDG, à Rabat, au Centre d'art Pécaris à Mexico, à la Duke  Université hôpital aux Etats-Unis, à l'Institut du monde arabe, à Paris et au musée d'art contemporain à Amman, en Jordanie. Un rayonnement qui vient d'être consacré encore une fois avec l'entrée de "Pulsation" au Centre Pompidou. Et, comme l'a souligné Catherine Grenier dans le Journal des Arts, "penser la mondialisation au XXIème siècle, c'est repenser l'internationalisation au XXème siècle et regarder les territoires qui ont alors été négligés et relire l'histoire de l'art".
D'autre part, il est connu que Melehi  est presque le seul peintre marocain de sa génération qui n'avait pas vraiment adopté les influences parisiennes et qui a, plutôt, manifesté un penchant pour l'approche américaine. Et comme le souligne Michel Gauthier, conservateur  des collections contemporaines du Musée national d'art moderne, "Melehi est le seul artiste marocain de cette époque qui n'ait pas été influencé par l'école de Paris, mais plutôt par les avant-gardes américaines". "Les expositions de Melehi au Maroc ne sont pas nombreuses, mais cela s'explique par le fait qu'il soit sollicité ailleurs, car il s'agit d'un artiste dont le rayonnement et la célébrité ont transcendé les frontières non seulement géographiques mais aussi et surtout les frontières artistiques et culturelles.
Dans une déclaration à un quotidien, Melehi estime que cet événement est un honneur pour la peinture marocaine. «C’est une célébration qui, dans son aspect esthétique, consacre tous les arts plastiques marocains dans tous leurs aspects», a-t-il dit.

Libé
Samedi 1 Octobre 2011

Lu 741 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs