Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une “oasis verte” sortie des ordures d’une favela de Rio

Ce qui servait de route de fuite aux trafiquants de drogue est devenu un belvédère




Une “oasis verte” sortie des ordures d’une favela de Rio
Aidé d’une poignée de volontaires, Mauro Quintanilha a déblayé pendant dix ans une décharge sauvage dans sa favela de Rio de Janeiro pour en faire un “Parc écologique”. Une folle initiative qui vient de remporter l’un des prix d’urbanisme les plus prestigieux au monde.
“Au début (en 2005), on me prenait pour un fou, les gens se moquaient de moi! C’était 16 tonnes d’ordures entassées depuis 25 ans par les habitants sur les hauteurs de Vidigal”, déclare à l’AFP Quintanilha, un percussionniste de 55 ans.
Vidigal et ses 25.000 habitants jouissent d’une vue imprenable sur les beaux quartiers. Comme la plupart des favelas, elle ne bénéficiait d’aucun service public et donc pas du ramassage d’ordures. La montagne de détritus dégringolait en contrebas du bidonville jusqu’à l’élégante Avenue Niemeyer, la route de corniche qui longe l’océan.
“J’étais l’habitant le plus proche de la décharge. Il y avait de tout : des matelas, des réfrigérateurs, des pneus et même des cadavres de chiens, ça puait et ça me déprimait, alors j’ai décidé de réagir”, explique-t-il.
Le “Parc écologique Sitiê” ou “oasis verte”, comme le nomment ses créateurs, est aujourd’hui un endroit où l’on vient contempler oiseaux, papillons et petits singes, ou faire son jogging. Il comprend aussi un potager qui a déjà produit 700 kilos de légumes, plantes aromatiques et fruits distribués aux habitants.
“Au début, les gens continuaient à venir jeter leurs ordures, la nuit. Petit à petit on les a éduqués en leur donnant des plantes du potager. La transformation n’a pas été seulement celle de l’endroit mais aussi celle des habitants”, se félicite Quintanilha, président du Sitiê.
Grâce aux boutures fournies par le Jardin Botanique de Rio, il a “aménagé le paysage de manière intuitive”.
Tout ce qui, dans la décharge, était récupérable ou recyclable a été réutilisé. Des cuvettes de sanitaires colorées et de formes différentes servent aujourd’hui de grands vases pour les plantes ornementales. A partir de roues de vélo, Quintanilha a façonné des tables. Des bouteilles en plastique ont servi à fabriquer des sommiers et des poufs vendus à bas prix. 
On accède à “l’oasis verte” par un escalier étroit fait de vieux pneus remplis de gravats, depuis la rue principale où serpentent des dizaines de motos taxi. Ce qui servait de route de fuite aux trafiquants de drogue, jusqu’à la “pacification” de Vidigal en 2011, est devenu un belvédère d’où l’on a la plus belle vue sur les fameuses plages d’Ipanema et Leblon.  A partir de 2008, la police de Rio a repris le contrôle de nombreuses favelas pour sécuriser la ville en vue du Mondial-2014 de football et des Jeux olympiques de 2016. 
Peu connue des Cariocas - les habitants de Rio -, l’initiative de Quintanilha est sortie de l’ombre en 2012 avec Rio+20, le Sommet de l’ONU sur le développement durable et la visite de délégations étrangères.
Mais c’est surtout l’arrivée dans la favela d’un architecte brésilien qui venait de finir ses études à Harvard, Pedro Henrique de Cristo, 32 ans, qui a donné de la visibilité au Sitiê.

Mercredi 3 Juin 2015

Lu 206 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs