Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une nouvelle technologie pour surveiller soi-même le dosage de ses médicaments




Une nouvelle technologie pour surveiller soi-même le dosage de ses médicaments
Pour de nombreux médicaments, le dosage de leur concentration dans le sang est essentiel: des chercheurs ont développé une nouvelle méthode qui pourrait être utilisée par les patients eux-mêmes, un peu comme la surveillance de la glycémie chez les diabétiques.
Pour des médicaments comme des anti-cancéreux ou des immunosuppresseurs, la réussite d'un traitement résulte d'un subtil équilibre entre l'efficacité du produit et le risque d'effets secondaires. Chaque patient étant différent, un suivi constant du dosage est nécessaire, mais les méthodes actuelles de surveillance supposent du personnel spécialisé et des équipements coûteux.
L'innovation présentée dimanche dans la revue Nature Chemical Biology par une équipe de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) repose sur de nouvelles molécules bioluminescentes qui ont la particularité de changer progressivement de couleur en fonction de la concentration du médicament dans le sang du patient.
"Aucun instrument de laboratoire n'est nécessaire et c'est si simple que les patients peuvent le faire eux-mêmes", assure Rudolf Griss (EPFL) dans une vidéo expliquant le procédé. Baptisées LUCIDs, ces molécules contiennent notamment une enzyme appelée luciférase, capable de produire de la lumière. Elles agissent comme un capteur, au contact d'une simple goutte de sang déposée sur un papier filtre. La lecture se fait par l'intermédiaire d'une caméra digitale, la couleur émise variant graduellement du rouge au bleu lorsque la concentration du médicament augmente.
Le principe a été testé avec succès pour six médicaments commercialisés, trois immunosuppresseurs (utilisés après transplantation d'organes), un anti-épileptique, un antiarythmique (utilisé en cardiologie) et un anticancéreux.
Les chercheurs soulignent qu'il reste plusieurs étapes à franchir pour arriver à un dispositif utilisable en pratique. Une start-up a été développée pour concrétiser et commercialiser l'innovation.
"Nous envisageons un détecteur portatif, simple, qui permettrait aux patients de prélever une goutte de sang et de lire immédiatement la concentration du médicament, exactement comme les diabétiques le font aujourd'hui pour le taux de sucre", a expliqué Rudolf Griss dans un communiqué de l'EPFL. 

Vendredi 13 Juin 2014

Lu 302 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs