Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une nouvelle résolution de l’AG appuie le processus de négociations : L'ONU pour une solution réaliste au Sahara




Une nouvelle résolution de l’AG appuie le processus de négociations : L'ONU pour une solution réaliste au Sahara
L'Assemblée générale de l'ONU a confirmé dans une résolution adoptée, mardi sans vote, «l'inévitabilité d'une solution négociée et réaliste» à la question du Sahara marocain.    
L'Assemblée générale «appuie le processus de négociations initié par la résolution 1754 (2007) et soutenu par les résolutions 1783 (2007), 1813 (2008), 1871 (2009), 1920 (2010), 1979 (2011) et 2044 (2012) du Conseil de sécurité de l'ONU, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable» et loue les efforts déployés à cet égard, souligne la résolution.    Le texte invite, notamment, les Etats de la région à coopérer pleinement avec les efforts engagés sous les auspices des Nations unies et les uns avec les autres dans la recherche d'une solution politique mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara.    
La résolution appelle, également, les parties à continuer à faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d'entrer de bonne foi et sans conditions préalables, dans une phase de négociation plus intensive, en prenant note des efforts consentis et des développements depuis 2006, assurant ainsi l'application des résolutions précitées du Conseil de sécurité.    L'Assemblée générale de l'ONU conforte, ainsi, la démarche du Conseil de sécurité depuis l'adoption de sa résolution 1754 (2007), en référence à la soumission par le Maroc de son initiative d'autonomie pour la région du Sahara, qui a été saluée par l'Organe exécutif et l'ensemble de la communauté internationale comme étant une initiative sérieuse et crédible pour le règlement définitif du différend régional sur le Sahara.    
A travers cette résolution, l'on relèvera la «convergence de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité sur leur appui au processus de négociation initié par la présentation par le Maroc de sa proposition d'autonomie».  En effet, «en faisant siennes les résolutions du CS de l'ONU, l'Assemblée confirme la prééminence et l'adéquation de l'initiative d'autonomie à l'objectif recherché par l'ONU, à savoir une solution de compromis conciliant les intérêts de toutes les parties et offrant une issue honorable qui préserve la souveraineté du Maroc et garantit la gestion par les populations locales de la région du Sahara de leurs affaires à travers les instances démocratiquement élues», a déclaré à la MAP l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Mohamed Loulichki.     De même, a-t-il relevé, par cette résolution, l'Assemblée générale «reconnaît la nécessité du recensement des populations des camps de Tindouf, conformément au droit international humanitaire et à la pratique du Haut commissariat pour les réfugiés».     L'ambassadeur a, en outre, réitéré la «disponibilité du Maroc à œuvrer sans relâche à la relance du processus de négociation sur les bases claires et saines systématiquement réaffirmées depuis cinq ans par le Conseil de sécurité».

MAP
Jeudi 20 Décembre 2012

Lu 322 fois


1.Posté par A Khalef le 20/12/2012 15:49
Le temps n’est plus aux maladresses.

Le cloisonnement des sociétés Maghrébines, ne contribue qu’à la lenteur du développement de la région. Il est indispensable de sortir de cette situation catastrophique, en entamant sans démagogie, le dialogue nécessaire pour vaincre les divergences et radier les encombres qui secouent le Grand Maghreb, dans une ambiance de fraternité sans réserve, avec un seul objectif le bien être de nos peuples. L’heure est à l’union et non à la compartimentation.
La compétition internationale est rude et le monde est en perpétuelle mutation, il est judicieux de le rappeler. Le Grand Maghreb a besoin de bâtisseurs de paix, de sécurité et de concorde et non de turbulence et d’affolement.
Il est souhaitable, que le Président Bouteflika, rappelle à ceux qui entravent les négociations autour du règlement du conflit du Sahara, le sens remarquable de la solidarité Maroco-Algérienne entre 1954 et 1962. Des vies et des destins ont été sacrifiés, au nom des liens de consanguinité, de fraternité et de solidarité. Nous comptons sur sa longue expérience diplomatique et son savoir faire, pour apaiser les esprits, au nom de la fierté, que nous avons en partage, d’appartenir à une grande civilisation.
Que les adeptes de la « protection des droits des peuples », s’engagent d’abord à protéger les droits du peuple Algérien à la paix, à la sécurité et au bien être. Les idéaux doivent contribuer à bâtir l’avenir et non le contraire.
Le présent appelle à une bonne dose d’humilité. Il est absurde d’attaquer le troisième millénaire avec les mêmes clichés d’un passé révolu. Que les pharisiens défenseurs des bonnes causes, comparent leur point de vue avec l’indifférence du peuple Algérien à l’égard de cette question. Ce choix débordant d’ingratitude demeurera collé à l’histoire de la vie politique d’Alger. Je crois qu'il aurait été beaucoup plus intéressant de prendre en compte les doléances des citoyens Algériens au lieu de se dépenser à entretenir une culture de dissension, de persiflage et de conflit.
L’Algérie n’appartient à personne en particulier et ceux qui jouent l’obstruction, auraient du, comme le souhaiterait une vraie démocratie, consulter le peuple Algérien? Il est évident que ces détracteurs, comme ces marchands d’armes, ne cherchent qu’à diaboliser le conflit et le faire durer dont le but de préserver leurs intérêts dans la région et ne souhaitent absolument pas que ces deux pays maghrébins s’unissent.
Imaginer que le Maroc, après tous les investissements géants entrepris depuis trente sept ans, va un beau matin, décider de plier bagage, pour faire plaisir à monsieur Abdelaziz, relève du bricolage politique.
Bref, un dénouement honorable et pragmatique est proposé par le Maroc, aux concernés de s’y agripper, afin de transcender ce faux problème et résoudre ce conflit artificiel, qui n’a que trop duré. L'heure est maintenant, à l’ouverture, au dialogue à la recherche de solutions fiables capables de répondre à l’édification d’un Grand Maghreb prospère et moderne.

Abdelkader KHALEF.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs