Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une nouvelle pièce de théâtre de l’Association Issil rouvre le dialogue sur l’héritage des femmes




L’Association Issil pour le théâtre et l’animation culturelle vient de lancer son nouveau projet artistique pour l’année 2017 en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert (FES). Il s’agit de la  pièce de théâtre «Le partage» qui est l’élément principal d'une caravane de sensibilisation sur les femmes et l’héritage. A travers ce projet très singulier, l’Association Issil et la FES proposent une réflexion artistique et sociale sur le thème du droit successoral au Maroc, et ce en vue d’alimenter le débat public sur les droits des femmes en matière d’héritage. Cette pièce visitera six villes du Royaume, de Rabat à Marrakech, en passant par Casablanca, Meknès, Tétouan et Tanger, et ça sera à partir du mois de juin prochain. Suite à chaque représentation, des experts en droit, en religion et en politique, entameront un débat de réflexion interdisciplinaire.
«Le partage» est une pièce créée par une équipe d’artistes de haut niveau. Le texte est, en effet, écrit par le dramaturge et chercheur Issam El Yousfi, la mise en scène est signée par le metteur en scène et comédien Messaoud Bouhcine, Rachid El Khatabi assurera le volet scénographique. Pour ce qui est des interprètes, une palette de grands acteurs et actrices, connus sur la scène et à la télévision marocaines interviennent dans cette création dont Fadila Benmoussa, Benaissa El Jirari, Farid Regragui et Said Ait Bajja.
«L'idée du projet est de discuter d'une manière artistique sur le droit des femmes à l'héritage dans divers contextes, et non pas donner des solutions, et le débat se concentrera sur les coutumes sociales héritées qui privent les femmes même des droits accordées par la chariaa et la loi marocaine», explique Said  Ait Bajja, président de l’Association Issil.
Et en ce qui concerne le partenariat avec la Fondation allemande (FES), Said  Ait Bajja explique que «la FES a décidé de s’engager à travers le financement de notre projet artistique parce qu’il touche aux droits de l’Homme et plus précisément les droits des femmes, sujet qui constitue une priorité commune pour notre association et pour la FES». Pour sa part, le metteur en scène de la pièce théâtrale, Messaoud Bouhcine, a expliqué  que «la pièce traitera le sujet dans tous ses aspects et qu’il s’agit d’une pièce qui raconte différentes histoires, et combine le drame et la comédie».
L’auteur de la pièce, Issam El Yousfi souligne, quant à lui, que «le texte propose un débat sur la justice en tant que concept général et pose des questions liées à la société marocaine. Le traitement artistique de la pièce se construit principalement sur la base d’une série de questions et de réflexions liées aux comportements de la société marocaine».

Mercredi 19 Avril 2017

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs