Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une nouvelle cellule djihadiste démantelée

La politique sécuritaire préventive des autorités marocaines est sans concession




Une nouvelle cellule djihadiste démantelée
Le risque terroriste plane toujours sur notre pays. En effet, il ne se passe pas un mois sans qu’une  nouvelle cellule djihadiste ne soit démantelée ou que de présumés terroristes ne soient appréhendés. Ainsi et pas plus tard que samedi dernier, les autorités ont annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste, active dans le Nord du Royaume ainsi qu’à Marrakech, et dont le chef avait servi «au sein de l’armée espagnole» avant de combattre aux côtés d’Al-Qaïda en Afghanistan.
Dans un communiqué publié à l’occasion, le ministère de l’Intérieur a expliqué que cette cellule était active à «Nador, Tétouan, Al Hoceima, Taza, Fès et Marrakech. Son chef, dont l’identité n’a pas été précisée, a été présenté comme un ancien élément de l’armée espagnole dans l’enclave de Mellilia et «doté d’une expérience de combat acquise au sein d’organisations terroristes liées à Al-Qaïda en Afghanistan», poursuit le communiqué. 
Après avoir démissionné de l’armée, le présumé chef de cette cellule s’est installé en banlieue de Nador qu’il a utilisée comme base arrière pour recruter de nouveaux éléments. Une mission réussie puisqu’il est parvenu à tisser sa toile dans plusieurs villes du Royaume. 
Selon le texte du département de Mohamed Hassad, les membres de cette cellule auraient projeté de mener des activités criminelles, comme le vol avec violence sous prétexte de ce qu’on appelle «le butin», et ce dans la perspective de perpétrer des actions armées ignobles, ajoute la même source. A noter que les mis en cause seront déférés devant la justice au terme des enquêtes menées sous la supervision du Parquet général compétent, conclut le communiqué.
Le Maroc semble donc ferme et déterminé à lutter contre la sanctuarisation de l’extrémisme djihadiste sur son territoire. La politique sécuritaire préventive adoptée par les autorités marocaines est aujourd’hui sans concession. Une position dictée par la prolifération des «cellules terroristes» au cours des derniers mois. Ceci d’autant plus qu’en septembre dernier, le Maroc a été la cible d’une vidéo inédite d’Al-Qaïda au Maghreb islamique et dans laquelle Aqmi appelait au jihad.
L’accroissement du nombre de Marocains partis faire le djihad en Syrie ou au Mali et dont le nombre pourrait avoisiner le millier a également été une grande source d’inquiétude. Les autorités marocaines redoutent, en effet, le retour au pays de ces djihadistes imprégnés d’une idéologie radicale et formés au maniement des armes et des explosifs.
A rappeler que les investigations de la BNPJ ont  permis d’identifier 40 jeunes Marocains envoyés depuis le mois d’avril 2012 au Mali, afin de participer au “jihad”, au sein des factions liées à Al-Qaïda, et à son allié, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).
Ce pays de l’Afrique de l’Ouest est en effet devenu le nouveau théâtre des opérations des groupes islamistes, dont Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique).

Hassan Bentaleb
Lundi 27 Janvier 2014

Lu 1056 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs