Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une marche contre le non-respect de la loi antitabac

Le 2 juin prochain, la société civile manifeste sa désapprobation




Une marche contre le non-respect de la loi antitabac
Encore une loi qui peine à être appliquée. Et elles sont nombreuses dans ce sens. Mais quand il y va de la santé des citoyens, l’impact est plus profond.  Cette fois-ci, il s’agit d’un texte juridique à fort enjeu sanitaire. C’est la loi antitabac censée interdire de fumer dans les lieux publics. Mais il n’en est rien en fait. Une situation scandaleuse à plus d’un titre. L’organisation Alternatives pour enfance et jeunesse a décidé, autant faire se peut, de contribuer à bouger les choses. Elle le fait à travers l’organisation d’une marche le 2 juin prochain à Rabat. L’occasion pour bon nombre de militants des droits de l’Homme, de syndicalistes et d’artistes de dénoncer encore une fois les dangers que représente le tabagisme pour la société. Mais n’est-ce pas le tabagisme passif qui est le plus montré du doigt? Pour sûr, puisque les personnes qui en  sont victimes n’ont rien demandé. «Nous n’avons pas à subir les effets néfastes de la fumée des autres», s’insurgent elles. Cette  inhalation de fumée à l’insu des gens représente un  vrai danger de santé publique dont les méfaits ne se comptent plus. En effet, il a été démontré que le tabagisme passif est responsable de 3000 à 6000 morts par an chez des personnes non fumeuses. Il représentait encore récemment le premier agent cancérogène sur les lieux de travail. Il augmente de 50% les risques de faire un infarctus. Par ailleurs, un enfant exposé au tabagisme passif risque de faire plus de rhinopharyngites, de bronchites, d'asthme et d'otites. Plus encore,  une personne qui ne fume pas et qui vit  avec un fumeur, augmente de 25% les risques d'accident cardiaque  et ceux  du cancer du poumon. Les risques  d'accident vasculaire sont multipliés par deux.
Mais les industriels du tabac se placent loin de toutes ces considérations  qui ne risquent nullement de provoquer leur  insomnie.  En effet, le marché du tabac, au Maroc comme partout ailleurs, est très porteur. D’après l’analyse d’Euromonitor, le marché national correspond à près de 15  milliards de cigarettes. Une réalité qui fait froid dans le dos. Cette consommation  a généré 4,44 milliards de dirhams en 2010, soit près de 0,9% des dépenses des ménages. Ce chiffre devrait atteindre en 2015  près de 15,79 milliards de DH.
On voudrait bien savoir si les dernières hausses des prix des cigarettes auraient pu pousser les inconditionnels du tabac à cesser de fumer et du coup, porter atteinte aux intérêts des industriels. Rien n’est moins sûr. Les addictologues affirment qu’une  augmentation du prix des cigarettes n'arrêtera pas les fumeurs. Le tabac est un produit qui crée une dépendance et les toxicomanes dépenseront n'importe quelle somme pour obtenir leur dose. Par conséquent, une augmentation du prix servira au final les seuls intérêts  des entreprises du tabac. Elle grève lourdement le budget des populations précaires, qui sont celles qui fument statistiquement le plus et les conduit par souci d'économie à des comportements dangereux pour leur santé, indiquent-ils.
Pour rappel, cette loi antitabac modifiant et complétant celle de 1995, a été adoptée par le Parlement en 2008 et son entrée en vigueur était prévue pour janvier 2010. Mais, à ce jour, rien ne pointe à l’horizon vu que les textes d’application ne sont toujours pas publiés.

Nezha Mounir
Lundi 13 Mai 2013

Lu 883 fois


1.Posté par le marocain le 13/05/2013 11:08
La loi antiabac n'est pas une loi vraie,car elle n'est pas respectée par les fumeurs.
Ce texte doit être appliqué dés sa promulgation au bulletin officiel,sinon à quoi çà sert tous ces textes qu'ont votent au Parlement. Une interdiction est une interdiction sans retour.Interdit de fumer dans les lieux publics doit être respecter sans commentaire. Voir même dans les rues en fumant-marchant.Ce qui nuit aux marcheurs derrière le fumeur.
Dans les trains, l' hôtesse signale par haut parleur qu'il est formellement interdit d'y fumer,mais sans respect.On fume entre les wagons,et le vent véhicule cette fumée dans ces derniers. Un ou 2 wagons pour fumeurs doit être désigné par pancarte "Wagon pour fumeur" et fermer l'entrée dans les autres wagons.
J'ai remarqué dans certaines Municipalités que les fonctionnaires ne respectent pas cette interdiction.

2.Posté par mutuelle jeune le 13/05/2013 13:47
Bonjour,
La loi antitabac consiste à interdire les gens de fumer dans les lieux publics et pourtant beaucoup ne respecte pas encore cela.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs