Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une lutte d’influence régionale alimente la dissension au sein de l’opposition syrienne


Les riches monarchies du Golfe et la Turquie se disputent le parrainage de la rébellion



Une lutte d’influence régionale alimente la dissension au sein de l’opposition syrienne
Les dissensions au sein de l'opposition syrienne ont révélé au grand jour l'ampleur d'une lutte d'influence régionale menée, à coups d'argent, de propagande médiatique et d'armes, entre l'axe Qatar-Turquie et celui de l'Arabie Saoudite, proche de la politique américaine. Simultanément, quelque 70 personnalités de l'opposition ont dénoncé dans un message adressé au sommet arabe une politique d'"exclusion" suivie par un courant de la Coalition, en référence aux Frères musulmans, et une "hégémonie arabe et régionale scandaleuse" sur l'opposition, allusion au Qatar. Lors de la réunion de la Coalition la semaine dernière à Istanbul, les participants ont marqué leurs divisions entre partisans et adversaires d'un "gouvernement intérimaire" pour gérer les "zones libérées".
Certains opposants ont dénoncé Ghassan Hitto, élu chef de ce gouvernement, comme "le candidat du Qatar", et d'autres ont suspendu leur appartenance au groupe.  Pour M. Majed, "l'axe saoudo-américain préférait reporter la formation du gouvernement intérimaire, et l'axe Qatar/Turquie voulait le former rapidement et aurait ainsi poussé pour choisir Hitto". La rivalité entre les riches monarchies pétrolières du Golfe et la Turquie voisine, en quête d'un rôle de puissance régionale, se traduit également sur le plan militaire. Après la réunion d'Istanbul, Ryad a laissé entendre qu'il était "mécontent du choix de Hitto, conduisant l'Armée syrienne libre (ASL) à rejeter ce choix", a indiqué à l'AFP un opposant qui a requis l'anonymat. Des combattants rebelles à Daraya dans la province de Damas racontent à l'AFP que, faute d'armes et de munitions, ils étaient sur le point de perdre la ville, assiégée par les troupes du régime depuis plus de trois mois.
Selon un spécialiste arabe, les armes envoyées par le Qatar arrivent à des groupes proches des Frères musulmans via la Turquie.
En revanche, ajoute-t-il, les Saoudiens préfèrent financer et armer les conseils militaires dirigés par des dissidents de l'armée "de crainte d'un rôle croissant des islamistes radicaux", une approche appuyée par les Etats-Unis. Les livraisons saoudiennes arrivent désormais par la frontière jordanienne.
Quant aux combattants salafistes, dont ceux du Front Al-Nosra, ils sont financés par des ONG basées notamment au Koweït, aux Emirats arabes unis, selon le spécialiste arabe de la Syrie, qui ne veut pas être cité.
La rivalité régionale se joue aussi dans les médias, notamment les télévisions Al-Jazeera du Qatar et Al-Arabiya.
Ceci jette une ombre sur l'avenir de la Syrie, qui a déjà payé un lourd tribut avec plus de 70.000 morts et des millions de réfugiés et déplacés en deux ans.

AFP
Vendredi 29 Mars 2013

Lu 420 fois


1.Posté par cmoi le 29/03/2013 12:47
où est l'islam dans tout ça ,?
l'hypocrisie et le terrorisme ont pris la place dans le coeur des obscuranistes et des assoifés de pouvoir!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs