Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une jeune Espagnole d’origine sahraouie kidnappée








Une affaire Mahjouba bis



Comme Mahjouba, en 2014, Maâlouma Morales est venue rendre visite à sa mère malade dans les camps de Tindouf. La différence entre les deux cas est que Maâlouma était  accompagnée de son père adoptif, José Morales. Le père et sa fille étaient arrivés aux camps, le 05 décembre courant, avec l’intention de repartir, le 12 du même mois. Mais c’était sans compter avec les manœuvres belliqueuses du Polisario. A  une heure du décollage de leur avion, la jeune femme (22 ans) a été enlevée et conduite vers une destination inconnue.
Lors d’une conférence de presse  tenue à Séville, le mari de Maâlouma Morales a déclaré que son épouse vivait à ses côtés à Marina De Cor, en Andalousie, jusqu’à  ce jour du 5 décembre où elle était partie, en compagnie de son père adoptif, aux camps de Tindouf en Algérie, où sa mère génitrice était malade. Le 12 décembre, alors qu’elle s’apprêtait à retourner dans son pays, l’Espagne, elle avait été kidnappée, une heure avant le décollage de son avion. Le père adoptif était reparti sans sa fille qu’il n’arrivait pas à retrouver.
La famille adoptive de Maâlouma a porté plainte auprès de la Guardia civil et de la délégation du gouvernement à Séville. La famille, endeuillée par cette situation, déplore l’enlèvement par des inconnus de sa fille adoptive de la part de sa famille génitrice dans les camps. Désorienté, José Morales a déclaré à l’agence espagnole d’information qu’il avait adopté la fille qui vivait avec lui et sa famille à l’âge de 7 ans. Il avait fait toutes les démarches administratives nécessaires pour son adoption quand elle a atteint l’âge de 12 ans.
José Morales a indiqué qu’il a pu joindre sa fille qui lui a confirmé être détenue à Tindouf et qu’elle est soumise à une grande  surveillance de la part de ses parents légitimes. Ce kidnapping n’est pas sans rappeler celui de Mahjouba Hamdi Daf, elle aussi enlevée en 2014 et que Mohamed Abdelaziz, sous la pression du gouvernement espagnol, avait été contraint de libérer.

 

A.E.K
Lundi 28 Décembre 2015

Lu 471 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs