Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une initiative américaine non viable et inappropriée




Une initiative américaine non viable et inappropriée
L’initiative des Etats-Unis de dénaturer le mandat de la MINURSO ne cesse de susciter des réactions de par le monde.
L’Espagne considère "non viable" la proposition des Etats-Unis, tandis que la France réaffirme son soutien au projet d'autonomie marocain pour le règlement de la question du Sahara. ONG, personnalités politiques et médias à travers le monde ne sont pas en reste jugeant l’initiative américaine aussi inopportune qu’inopérante.
Pour l’Espagne, selon le quotidien espagnol El Pais repris par la MAP, la proposition des Etats-Unis d'élargir les prérogatives de la mission des Nations unies au Sahara (MINURSO) pour englober la surveillance des droits de l'Homme est "non viable". Toujours selon El Pais, le ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel Garcia-Margallo, est "partisan de la recherche de formules alternatives à la proposition américaine" comme le fait de charger le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), et non le Haut-commissaire aux droits de l'Homme, de "désigner un envoyé pour superviser la conduite des forces de sécurité" dans la région.  
Par ailleurs, le journal madrilène à grand tirage soulignait, dans un article intitulé "l'Espagne et la France rejettent la proposition des Etats-Unis sur le Sahara" sur son site web, poursuivait que face "au défi américain inattendu, le Maroc a trouvé deux alliés: l'Espagne et la France".
L’USFP condamne l’approche des deux poids deux mesures
Pour Ahmed Zaidi, le pays n’a pas besoin de leçons dans ce domaine d’autant que les organisations onusiennes et la Fondation Kennedy ont brillé par leur silence concernant les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf. «Qu’en est-il de la position des ONG onusiennes et de la Fondation Kennedy  concernant la confiscation du droit de mobilité de la population des camps, le transfert des enfants vers Cuba, les détournements des aides humanitaires et l’esclavagisme?», s’est-il interrogé. Ne faisant nullement dans la dentelle, Ahmed Zaidi estime que la tentative américaine ne doit pas nous perturber ni remettre en cause notre confiance. D’après lui, le temps des redditions des comptes n’a pas encore sonné. «Le pays passe par une phase difficile et la question du Sahara transcende toutes les autres», a-t-il tenu à préciser avant d’ajouter que face à cette situation, les Marocains doivent compter sur eux-mêmes et que la diplomatie nationale doit être intransigeante et plus vigilante sur cette question.  L’intervenant a indiqué également que le Royaume est appelé désormais à accélérer le processus des réformes politiques, sociales et économiques. Des propos qui seront confirmés par Mohamed Alami, président du Groupe socialiste à la Chambre des conseillers, qui n’a pas caché sa surprise à propos de la position américaine considérée comme un coup de poignard dans le dos de l’amitié entre les deux pays. «Que cache cette tentative et pourquoi a-t-elle été prise sans qu’on soit consulté au préalable ?», s’est-il interrogé.  De son côté, Youssef Amrani, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, a considéré l’élargissement de la mission de la MINURSO, comme une ligne rouge non négociable. «Cette approche est dangereuse, impraticable et injustifiable», a-t-il lancé. Selon le ministre, le Royaume n’a aucun complexe envers cette question des droits de l’Homme et dispose des mécanismes nécessaires pour surveiller et encourager toute tentative dans ce sens, a-t-il conclu.
En effet, la France a réaffirmé vendredi son soutien au projet d'autonomie marocain pour le règlement de la question du Sahara, saluant les "importants progrès" accomplis par le Maroc en matière de droits de l'Homme.
"Nous estimons que le Maroc a fait d'importants progrès en matière de droits de l'Homme au cours des dernières années et qu'il convient de les encourager", a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Philippe Lalliot, en réponse à une question sur une éventuelle extension du mandat de la MINURSO aux droits de l'Homme.
Lalliot a rappelé la position "claire et constante" de la France sur la question du Sahara.
"Premièrement, nous estimons que le statu quo n'est dans l'intérêt de personne. Deuxièmement, nous soutenons depuis longtemps la recherche d'une solution juste, durable et mutuellement agréée. Nous avons toujours dit que nous soutenions le plan d'autonomie marocain présenté en 2007 comme une base sérieuse et crédible pour une solution négociée, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-il conclu.
D’un autre côté, l'eurodéputée française et vice-présidente de l’UMP, Rachida Dati, a affirmé  dans un communiqué qu’élargir le mandat de la MINURSO pour englober la surveillance des droits de l'Homme "revient à mettre en doute tous les efforts considérables réalisés de sa propre initiative par le Maroc pour trouver une solution politique, juste et durable au conflit du Sahara". L'ex-ministre de la Justice "regrette vivement" la proposition de dénaturer le mandat de la MINURSO et a appelé à "ne pas déstabiliser, par ce genre d'initiative, un pays, qui représente aujourd'hui un modèle de stabilité pour l'ensemble du monde arabe".
"Prenons garde également à ne pas fragiliser un allié sûr dans la lutte contre le terrorisme, à un moment où la menace terroriste se fait de plus en plus pressante dans le Sahel", a-t-elle averti.
L'eurodéputée française a indiqué que "le Maroc n'est pas un partenaire international lambda. Il est plus qu'un allié, il est un ami pour l'Europe et les Etats-Unis". "On ne traite pas les amis ainsi", a-t-elle regretté.
Aux Etats-Unis, le magazine américain, The National Interest note que "chercher à politiser le rôle de la MINURSO est de nature à porter atteinte au Maroc, qui est un rare exemple dans la région, un pays qui a fait le choix délibéré du progrès authentique, graduel, soutenu et reconnaissable".
"S'engager dans cette voie susciterait perplexité en temps normaux, le faire en cette conjoncture incertaine, qui plus est au moment où la communauté internationale mène un combat contre les forces résiduelles d'Al-Qaïda au Mali et au Sahel, remettrait en question la sagesse derrière les tentatives visant à dénaturer le mandat de la MINURSO et montrerait une volonté d'aller à rebours des intérêts fondamentaux des amis. Au lieu de chercher à lier les mains d'un allié inestimable, il conviendrait de se pencher sur le contenu du plan marocain d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine".
Le conflit du Sahara dit "occidental", rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du Polisario. Le Polisario soutenu par le pouvoir algérien revendique la création d'un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.
Toujours dans ce même état d’esprit, l'Association britannique « Freedom for All » avertit  que toute modification du mandat de la MINURSO pour englober la surveillance des droits de l'Homme risquerait d'exacerber les tensions dans la région. La stabilité qui règne dans les provinces du Sud du Maroc montre qu'il n'est pas nécessaire d'élargir le mandat de la MINURSO pour englober la surveillance de la situation des droits de l'Homme, a indiqué Mme Tanya Warburg, Présidente de l'association. L'activiste a tenu à mettre en avant, dans ce cadre, l'action entreprise par le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), en particulier dans les provinces du Sud.
Le CNDH, qui dispose de représentations dans ces provinces, est doté des pouvoirs et des prérogatives nécessaires qui lui permettent d'assurer, dans les meilleures conditions, la surveillance de la situation des droits de l'Homme dans ces régions, ajoute Mme Warburg, soulignant que le CNDH doit poursuivre ses activités, qui ont recueilli le soutien et la confiance de la population locale. Et de souligner que le Maroc, pays qui jouit d'une grande estime sur le plan international pour son ouverture et son respect des droits humains, ne doit pas être traité sur un pied d'égalité avec les séparatistes du Polisario.
Les camps de Tindouf, où ce groupe est hébergé dans le sud-ouest de l'Algérie, sont soumis à un état de siège, a-t-elle dit, relevant que l'accès à ces camps est virtuellement impossible, même pour le personnel du Haut-commissariat pour les réfugiés.

Chouâla dénonce
Le bureau de la région du Sahara de l’association Chouâla pour l’éducation et la culture informe l’opinion publique aussi bien nationale qu’internationale de son rejet total de cette nouvelle manœuvre visant à porter atteinte à notre intégrité territoriale.
Le bureau régional de Chouâla, regroupant les sections de Laâyoune, Boujdour, Smara, Dakhla, Bouizagarne, Guelmim, Foum El Hasn, Assa-Zag et Tan Tan, réitère que la proposition américaine (élargissement de la mission de la MINURSO) se veut contraire à l’esprit de consensus et de concertation en cours. De même qu’elle est en contradiction avec le contenu du rapport  présenté au Conseil de sécurité qui reconnaît la crédibilité et les efforts déployés par le Conseil national des droits de l’Homme au Sahara.
Le bureau régional de Chouâla appelle la société civile à se mobiliser en vue de contrecarrer tous les plans visant notre intégrité territoriale

Hassan Bentaleb
Lundi 22 Avril 2013

Lu 894 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs