Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une frénésie médiatique qui fait du Festival un événement cinématographique planétaire




Une frénésie médiatique qui fait du Festival un événement cinématographique planétaire
Le FIFM s'est imposé au fil des années comme l'un des événements cinématographiques les plus importants au monde sur plus d'un plan, notamment en termes de couverture médiatique.
Pour cette 13ème édition, des organes de presse nationaux et étrangers n'ont pas lésiné sur les moyens pour couvrir au quotidien cet événement qui, depuis sa création en 2001, ne cesse de consolider son rayonnement médiatique.
Interpellé à ce sujet, Thomas Imbert, journaliste de Allo Ciné, site web français de référence du cinéma et des séries TV, a qualifié d'"impressionnants" les moyens déployés par l'organisation du FIFM qu'il couvre pour la première fois. "C'est aussi impressionnant que Cannes", a-t-il dit à la MAP. Et d'ajouter que le Festival lui a offert "l'occasion de rencontrer des gens qu'on ne peut pas croiser ailleurs".
"Nous sommes venus couvrir à la fois le Festival mais aussi les activités parallèles, comme l'ambiance de la Place de Jemaa El Fna. Nous avons réalisé des sujets sur l'ouverture, le principe du festival et le jury présidé par Martin Scorsese", a indiqué, pour sa part, Claire Fleury, journaliste de BFM TV.
"Le Festival s'est organisé depuis les premiers jours, même si on avait des contraintes à couvrir toutes les activités", explique le photographe de l'Agence de presse turque Anadolu, Jalal Mourchidi. Dans le même cadre, la chaîne internationale de télévision francophone TV5 Monde, partenaire du FIFM depuis 2002, a tenu sa promesse en délocalisant son émission, «L'invité» à Marrakech et installant ses caméras au coeur de la ville rouge. De nombreux spots publicitaires ont été également diffusés sur le réseau de la chaîne (108 cette année).
Le journaliste Ahmed Abou El Yazid, de l'hebdomadaire égyptien Al-Youm Al-Sabia, a mis en relief l'organisation et la bonne ambiance du festival, soulignant qu'il a constaté une évolution remarquable de l'événement à tous les niveaux.
Un autre habitué du festival, Salvador Leocata de la radio francophone belge Bel-RTL, a indiqué que "cette année j'ai un rôle particulier : j'ai déposé un projet à Bel-RTL pour promouvoir le Maroc, non à travers des journalistes mais des anonymes et des auditeurs et l'idée a été acceptée. Pendant cinq jours, ils sont ici à Marrakech pour couvrir le festival et parler de leur expérience aux auditeurs belges, dans l'émission « Entre nous », tous les soirs de 20h à 23h (en direct)", a-t-il souligné.

MAP
Lundi 9 Décembre 2013

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs