Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une étude génétique au Mexique révèle une population d’une extrême diversité




Une étude génétique au Mexique révèle une population d’une extrême diversité
La plus vaste étude génétique effectuée à ce jour sur la population mexicaine révèle qu’après des millénaires d’isolement avant l’arrivée des Espagnols, la population est aujourd’hui d’une extraordinaire diversité.
Cette recherche effectuée par une équipe internationale est parue en ligne dernièrement dans la revue Science. Elle donne aussi un éclairage important sur des sensibilités à plusieurs maladies, notamment pulmonaires, dans certains groupes de populations latino-américaines.
Les chercheurs ont analysé près d’un million de variations génétiques chez plus de mille personnes appartenant aux différents groupes ethniques du pays; celles-ci indiquent des différences aussi marquées que celles existant entre des Européens et des Asiatiques.
C’est surtout le cas entre les Seri, sur la côte Nord-Est du Golfe de Californie, et les Mayans, aussi appelés les Lacandon, près de la frontière avec le Guatemala.
“Au cours des millénaires, il y a eu une extraordinaire diversité linguistique et culturelle à travers le Mexique avec les grands empires Aztèque et Maya, ainsi qu’avec de petits groupes de populations isolées”, explique Christopher Gignoux, un chercheur de l’Université de Stanford en Californie, un des principaux co-auteurs de ces travaux.
“Non seulement nous avons pu mesurer cette diversité à travers le pays, mais nous avons aussi identifié une énorme variété génétique qui a des implications réelles en termes de maladies selon l’endroit où se trouvaient vos ancêtres au Mexique”, ajoute-t-il.
Pendant des décennies les médecins s’appuyaient pour leurs diagnostics sur l’héritage ethnique indiqué par leurs patients, ou qu’ils devinaient.
Mais des groupes de populations comme les Latino-Américains ou les Afro-américains, qui sont issus de diverses combinaisons génétiques, pouvaient être mal diagnostiqués et se voir donner le mauvais traitement, expliquent ces chercheurs.
Alors que de nombreuses études génétiques de différentes maladies ont été effectuées depuis le premier séquençage du génome humain il y a plus de dix ans, elles ont surtout porté sur des populations européennes et euro-américaines, relèvent-ils.
En conséquence, on connaît peu de choses sur les causes génétiques des maladies dans les autres groupes de populations.
“Dans le cas des maladies pulmonaires comme l’asthme ou l’emphysème, nous savons l’importance de l’héritage génétique spécifique de vos ancêtres au Mexique”, note le Dr Esteban Gonzalez Burchard, professeur de bio-ingénierie et de Médecine à l’Université de Californie à San Francisco, un autre des co-auteurs de l’étude.
“Avec cette recherche, nous nous sommes rendus compte qu’en termes de classification des maladies, le type de population autochtone dont une personne descend joue un grand rôle”, indique-t-il.
Ces chercheurs se sont concentrés sur le Mexique car ce pays compte une grande variété de populations précolombiennes avec une longue histoire de civilisations complexes.
L’étude génétique recouvre la plupart des régions géographiques du Mexique. Elle a porté sur 511 personnes représentant les vingt groupes indigènes, et 500 autres appartenant à des ethnies mixtes appelées “mestizo”.
Ces informations ont été notamment comparées aux données génétiques et aux mesures des capacités pulmonaires de deux études précédentes, dont une avait porté sur 250 enfants mexicains et américano-mexicains, la plus étendue jamais faite sur les causes génétiques de l’asthme menée sur ces deux groupes aux Etats-Unis.
Cette recherche révèle une grande différence dans la capacité pulmonaire entre les Mexicains d’ethnicités mixtes (mestizo) et ceux de descendance indigène de l’ouest et de l’est du pays.
Ainsi, chez deux personnes en bonne santé du même âge, un mestizo venant de l’ouest paraissait à cet égard dix ans plus jeune que celle de descendance indigène venant du Yucatan.
Pour le Dr Burchard, ces différences sont cliniquement significatives et pourraient avoir des implications importantes pour diagnostiquer des maladies pulmonaires.
Cette recherche a mis en évidence chez les mexicano-américains d’aujourd’hui une corrélation directe entre leurs origines génétiques et la capacité de leurs fonctions pulmonaires, relève le chercheur.
Ces résultats ouvrent ainsi la voie à d’autres recherches et à la mise au point d’outils de diagnostic plus précis ainsi qu’à des traitements potentiels basés sur ces variations génétiques.
 

AFP
Lundi 30 Juin 2014

Lu 565 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs