Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une équipe onusienne planche sur la lutte contre le Sida : Le plan stratégique national décliné à Marrakech




Une équipe onusienne planche sur la lutte contre le Sida :  Le plan stratégique national décliné à Marrakech
Les membres de l’équipe conjointe onusienne sur le Sida ont choisi de tenir leur rencontre annuelle à Marrakech, sous le thème “Un cadre de résultats pour renforcer et harmoniser notre contribution à la riposte au Sida au Maroc”.
Ce conclave organisé les 7 et 8 décembre par le bureau de l’ONUSIDA au Maroc a eu pour objectifs d’examiner le bilan du plan d’appui pour la période 2007-2009, y compris les obstacles et les défis et d’identifier les interventions à mettre en œuvre par les agences pour un appui aux domaines prioritaires du cadre de résultats 2010- 2011.
Les autres objectifs de cette rencontre  étaient la définition des actions à mettre en œuvre pour renforcer le fonctionnement de l’équipe conjointe sur le Sida, la révision de la division des tâches dans l’appui technique et la discussion des modalités de renforcement, de l’harmonisation et la collaboration avec les partenaires.
L’équipe conjointe des Nations unies sur le Sida a été mise en place au Maroc suite à l’atelier de planification de l’appui au Système des Nations unies (SNU) organisé à Tanger en novembre 2007. Il s’agit du renforcement du groupe de travail sur le Sida, fonctionnel depuis l’année 2004, et son élargissement aux autres agences en plus des co-sponsors du programme. Parmi les mesures prises, la nomination des membres de l’équipe conjointe par les chefs d’agences, l’intégration de ce volet dans leurs termes de références et le renforcement de leurs compétences dans les différents domaines d’appui à la réponse nationale.
Les partenaires de l’équipe conjointe des Nations Unies Sida sont ONUSIDA, PNUD, FNUAP, UNICEF, UNESCO, UNIFEM, OMS, UNHCR, BIT, OIM, CEA, ONUDI.
S’agissant du plan d’appui des Nations unies à la riposte nationale au Sida 2007-2011, il a été élaboré et sa mise en œuvre est assurée conjointement par les différentes agences selon la division des tâches établies. Des plans de travail sont élaborés annuellement par l’équipe conjointe qui en assure le suivi régulier.
Dans son discours inaugural, Salim Lahjomri relevant du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, s’est dit fier de constater que de profonds changements sont intervenus dans la riposte mondiale au Sida, notant que celle-ci s’inscrit désormais dans l’agenda des Nations unies en tant que priorité constante et permanente.
Concernant le Maroc, M. Lahjomri a fait savoir que notre pays s’est doté d’un plan stratégique national, d’un système unique de suivi et d’une instance de coordination des actions menées dans ce domaine. « Ce plan stratégique national de lutte contre le Sida pour la période 2007- 2011 est le résultat d’un travail collectif engagé par tous les acteurs institutionnels et associatifs impliqués dans la lutte contre le VIH/ Sida et constitue une étape essentielle de la mobilisation autour de la réponse nationale face à l’épidémie », a-t-il expliqué.
Ambitieux mais réaliste, ce plan vise l’accès universel des populations vulnérables aux programmes de prévention, la prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH ainsi que la mise en place d’un dispositif d’appui psychosocial, a expliqué encore Lahjomri.
 « Force est de constater que le Maroc a pu enregistrer des avancées notables en matière de prévention, de dépistage et de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida, ce qui lui a valu la reconnaissance des instances internationales notamment l’ONUSIDA et l’OMS », a-t-il dit, rappelant que le Maroc a été le premier pays d’Afrique du Nord et au Moyen-Orient à bénéficier de l’appui du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, dès le premier appel à soumission en 2003 ». Et de poursuivre qu’aujourd’hui, les manifestations et les conséquences de la crise de l’économie mondiale sur la lutte contre le VIH/Sida rendent plus difficile la concrétisation des engagements mondiaux pour lutter contre ce fléau mortel. Et seul l’accès à un arsenal d’investissements et de stratégies combinées permettrait de juguler le lourd tribut humanitaire et économique de l’épidémie.
« Cela suppose avant tout une volonté politique collective et soutenue, conjuguée à une augmentation plus substantielle de l’aide financière seule à même de garantir l’accès universel aux services de prévention, de traitement, de soins, et d’accompagnement pour accélérer la généralisation du traitement », a-t-il estimé.  
Abderrahman Ben El Mamoun de la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, a fait savoir que grâce à l’appui du Fonds mondial et des Nations unies, l’année 2009 a connu la concrétisation d’un certain nombre d’actions, particulièrement l’élaboration des plans régionaux au niveau de 9 régions, l’intégration d’une composante VIH dans la stratégie de lutte contre la violence à l’égard des femmes, la mise en place d’un dispositif national d’accompagnement psychologique et social aux personnes vivant avec le VIH et l’implantation d’un programme de prévention de la transmission de la mère à l’enfant et l’implantation de nouveaux algorithmes de prise en charge syndromique des infections sexuellement transmissibles curables. Et d’ajouter que les efforts ne cessent d’être déployés pour la promotion du dépistage. En outre, en matière de prise en charge, 2500 personnes vivant avec le VIH bénéficient d’un traitement gratuit au niveau des hôpitaux du ministère de la Santé dans 8 régions. « La réalisation de ces objectifs et l’efficacité de la gestion des programmes ont permis au Maroc de bénéficier de la deuxième tranche de l’appui du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, pour la période 2009- 2012.
Intervenant au nom du coordonnateur résident par intérim, Aloys Kamurajiye, représentant de l’UNICEF, Johannes Van Der Klaauw a indiqué, quant à lui, que la lutte contre le Sida fait partie intégrante de l’UNDAF 2007-2011, faisant remarquer que le plan d’appui des Nations unies à la riposte nationale au Sida au Maroc a défini le cadre d’intervention du système des Nations unies dans ce domaine.
«Je saisis cette occasion pour saluer les efforts déployés par le ministère de la Santé, les autres ministères et les ONG impliquées dans la mise en œuvre du plan stratégique national de lutte contre le Sida 2007- 2011 », a-t-il relevé.
Il reste certes beaucoup de défis  à relever pour atteindre l’accès universel et les objectifs de développement pour le Millénaire, notamment la tendance à la concentration de l’épidémie relevée dans certaines populations exposées et les ressources pour étendre la couverture des programmes de prévention. Mais l’engagement de tous est un gage de succès, a-t-il expliqué, se disant en faveur d’une action continue.
L’équipe conjointe des Nations unies sur le Sida est composée des différentes agences, fonds et programmes de l’ONU au Maroc. Mise en place en 2004, elle a pour mission de coordonner l’appui onusien au plan stratégique national de lutte contre le Sida. 

Mohamed RAMI
Mercredi 9 Décembre 2009

Lu 523 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs