Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une épave retrouvée 125 ans après son naufrage dans la baie de San Francisco




Une épave retrouvée 125 ans après son naufrage dans la baie de San Francisco
Tout le monde savait qu’il était ici mais personne ne s’y était jamais vraiment intéressé : c’est lors d’une mission de cartographie que des scientifiques ont redécouvert l’épave d’un bateau à vapeur, qui repose au fond de la baie de San Francisco depuis 1888.
En mai 2013, une équipe de la National Oceanic and Atomospheric Administration (NOAA) a sondé les fonds marins de la baie de San Francisco à l’aide d’un système de sonar afin de préparer la Coupe d’Amérique, une course maritime. L’équipe s’intéressait alors particulièrement à l’épave du Fernstream, qui a sombré en 1952 après une collision avec un autre navire. 
Mais James Delgado, responsable de cette mission, en a profité pour se pencher sur la zone où, en 1888, le City of Chester a coulé quelques minutes après avoir levé l’ancre.
Le 22 août 1888, le City of Chester, un bateau à vapeur de 62 m de long, quitte le port de San Francisco avec 90 personnes à son bord. Il se dirige vers la ville d’Eureka, en Californie, puis Portland, Oregon. Vers 10h du matin, le navire passe le Golden Gate par un temps brumeux. Il entre alors en collision avec un autre navire plus imposant, The Oceanic, qui transporte des immigrants chinois. 
Six minutes plus tard, le Chester sombre après s’être brisé en deux. 16 personnes trouvent la mort. Bien qu’il s’agisse du deuxième naufrage le plus meurtrier de la baie de San Francisco, aucune expédition n’est menée à terme pour s’approcher de l’épave. En 1888, le Coast and Geodetic Survey attache un câble à un remorqueur, qui vient déchirer la coque de ce que les chercheurs croient être le Chester. Deux ans plus tard, un plongeur est envoyé explorer l’épave, mais il remonte bien vite, comme l’explique James Delgado à Live Science : le plongeur “a dit qu’il avait vu des corps dans l’épave, que cela l’avait effrayé et qu’il ne voulait pas y retourner”. Il aura fallu 125 ans pour que la découverte de l’épave soit officiellement annoncée, le 23 avril dernier, après 9 mois de collecte et d’étude de données obtenues à l’aide d’un sonar multifaisceau. 
Les scientifiques ont pu localiser le Chester, qui gît sur un banc de sable à 66 m de profondeur, enveloppé de boue. Grâce au sonar, ils ont même pu déterminer le point de collision, sur le côté bâbord. De premières images prises grâce au sonar ont été dévoilées mais la découverte ne devrait pas aller beaucoup plus loin.
En effet, la NOAA n’a pas l’intention de sortir l’épave de l’eau, ni d’envoyer des plongeurs pour une exploration plus poussée. Les courants forts et les eaux troubles de la baie de San Francisco rendraient une telle expédition trop risquée. 
 

Maxisciences
Vendredi 2 Mai 2014

Lu 129 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs