Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une enquête terrifiante sur la Grande Famine en Chine




Une enquête terrifiante sur la Grande Famine en Chine
Près de 40 millions de Chinois morts de faim: le journaliste Yang Jisheng a enquêté pendant des années pour écrire "Stèles", le premier document historique complet sur la plus grande famine de l'Histoire, provoquée par le régime communiste entre 1958 et 1961 en Chine.
"Ce livre est une stèle pour mon père, mort de faim en 1959, une stèle pour les 36 millions de Chinois victimes de la famine, une stèle pour le système responsable du désastre", écrit l'auteur dans la préface de l'ouvrage publié en français au Seuil.
Ce récit exceptionnel sur les ravages causés par le "Grand Bond en avant" lancé par Mao Zedong à la fin des années 1950 avait été publié en 2008 à Hong Kong chez Cosmos Books et n'est pas paru en Chine.
Une version anglaise est prévue fin octobre.
Né en 1940, Yang Jisheng a fait toute sa carrière de journaliste à l'agence officielle Chine Nouvelle. Il est rédacteur en chef adjoint du Yanhuang Chunqiu (annales chinoises).
Fruit d'une douzaine d'années de recherches sur le terrain, appuyé par des milliers de pages de sources locales et de nombreux témoignages, "Stèles" raconte la folie de cette collectivisation à marche forcée.
Toute la société rurale est alors détruite. Pour nourrir les villes, on affame les paysans. Le zèle des cadres locaux du parti se mêle à la terreur qu'inspire la hiérarchie, raconte l'auteur. De fausses informations (exagération des récoltes, occultation des morts) sont transmises et donnent lieu à des instructions insensées. Personne n'ose prévenir Mao de la tragédie, de peur de passer pour des contre-révolutionnaires.
Dès fin 1958, c'est l'horreur: des villages entiers sont rayés de la carte par la famine, les cas de cannibalisme se multiplient, les survivants deviennent fous. Aux morts de faim s'ajoutent la violence, les suicides, l'abandon de milliers d'enfants.
Et ces dizaines de millions d'êtres humains "ont disparu comme cela, sans un bruit, sans un soupir, dans l'indifférence ou l'hébétude", écrit Yang Jisheng, se souvenant comment, à l'époque, il n'avait pas même conçu l'idée de reprocher la mort de son père au gouvernement.

AFP
Mardi 18 Septembre 2012

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs