Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une dizaine de personnes de la même famille assassinées par un proche




Samedi 23 avril, Lagzamra, commune de Zaouia, circonscription Saïss Sidi Ismaël, relevant de la province d’El Jadida, a connu un fait divers particulièrement horrible. Le premier du genre. Selon les autorités de cette petite localité, un homme souffrant de troubles mentaux a tué dix membres de sa famille à l’arme blanche.  
Le forcené, âgé de 50 ans, a tué sa mère (65 ans), son père (80 ans), son épouse (34 ans), la proche de cette dernière (60 ans), son oncle paternel, son cousin (50 ans), sa nièce (17 ans), sa cousine (50 ans), l’oncle de son père (80 ans) et un autre proche de la famille, rapporte la MAP indiquant que le tueur a été arrêté après avoir été maîtrisé. 
Le frère du mis en cause a dévoilé à la presse que ce dernier a profité du fait qu’il n’y avait pas de personne aussi forte que lui pour l’empêcher de commettre son crime. D’après ses déclarations, il est doté d’une grande force physique au point que toutes ses victimes réunies ne pouvaient lui tenir tête.
Au début de sa maladie, son frère l’accompagnait à Marrakech chez un médecin qui suivait son état. Sauf que, d’après la même source, il était contre les médicaments. 
« Je l’ai accompagné dès l’apparition des premiers symptômes de sa maladie chez un médecin à Marrakech ; une fois de retour, il a cessé de prendre ses médicaments », a expliqué son frère, assurant qu’il n’était pas violent. 
« Il n’avait jusqu’alors jamais été violent : il s’isolait durant ses crises et n’adressait plus la parole à personne. Il n’a jamais frappé personne, c’est la première fois qu’il montre des signes de violence. Il a brisé nos cœurs, que Dieu le fasse souffrir autant qu’il nous a fait souffrir ». 
D’après les mêmes sources, certaines de ses victimes ont bien essayé d’échapper à sa fureur. C’est le cas de sa nièce qui s’était cachée dans la douche avant de se barricader à l’intérieur.  Malheureusement, rien n’y fait. Personne n’est parvenu à arrêter le forcené. 
Selon son neveu, absent à l’heure du drame, «j’étais en classe quand nous avons entendu les alarmes des ambulances. Je ne savais pas exactement d’où elles provenaient jusqu’à ce que je demande à mon père où est passé ma mère. C’est en ce moment-là,  qu’il m’a annoncé sa mort et celle de ma sœur Mina ».
Soulignons qu’il y avait 14 personnes dans le foyer et que  10 d’entre elles ont été tuées, le mis en cause ayant choisi de laisser en vie ses quatre filles. Agées de 5 à 13 ans, celles-ci ont été retrouvées séquestrées dans une chambre de la maison familiale. 
Les autorités locales ont annoncé qu’une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet compétent pour élucider les circonstances de ce drame épouvantable.
 

Mouttaki Meryem (Stagiaire)
Mardi 26 Avril 2016

Lu 2917 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs