Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une commotion cérébrale transforme un homme en génie des maths




Une commotion cérébrale transforme un homme en génie des maths
Comment devient-on un super génie des mathématiques ? Si pour certains, des années d’études sont nécessaires, pour Jason Padgett, il aura suffi d’une commotion cérébrale. 
Cet ancien vendeur de meubles, né à Washington, a subitement développé la capacité de visualiser des objets mathématiques et des concepts physiques complexes à la suite d’un accident. Bien que grave, sa blessure à la tête, semble avoir débloqué la partie de son cerveau qui donne au monde une structure mathématique. 
«Je vois des formes et des angles partout dans ma vie, depuis la forme d’un arc-en-ciel au fractales de l’eau s’écoulant dans une canalisation. C’est très beau», explique Jason Padgett à LiveScience. Le génie des maths, qui vient tout juste de publier un livre «Frappé par le génie», est l’un des rares individus atteints du syndrome acquis du savant. 
Dans ce cas, une personne normale développe de prodigieuses capacités après une blessure grave ou une maladie. Certaines personnes se sont ainsi découvertes des talents de musiciens ou de peintre, mais très peu se sont retrouvés avec un potentiel mathématique surdéveloppé, comme Jason Padgett. 
Désormais, les chercheurs ont réussi à déterminer quelle partie du cerveau a été activée chez l’homme. Selon eux, de telles capacités seraient en fait dormantes dans l’encéphale humain.
Peu attiré par les études, la vie de Jason Padgett a changé en une nuit. Il se souvient avoir pris un coup qui l’a assommé et d’avoir vu un flash de lumière. Deux hommes l’ont frappé à la tête alors qu’il tentait de se débattre. Une fois à l’hôpital, les médecins ont déterminé qu’il souffrait d’une sévère commotion cérébrale et d’une hémorragie au rein. 
Après l’attaque, Jason Padgett souffrait de stress post-traumatique et d’anxiété sociale. Mais, en même temps, il s’est rendu compte que rien ne semblait comme avant : «Je voyais de discrètes structures avec des lignes les reliant, mais toujours en temps réel», rapporte le Huffington Post. «Tout a pris un côté un peu pixelisé», ajoute Jason Padgett.
Cette nouvelle vision s’est également accompagnée de capacités mathématiques avancées. Il a commencé par dessiner des cercles composés de triangles superposés, lui permettant de comprendre le nombre Pi.
Selon lui, il n’existe pas de cercle parfait, car lors de son expérience, il peut toujours voir les bords d’un polygone qui se rapproche du cercle. Bien que capable de dessiner des figures géométriques complexes, Jason Padgett ne possédait pas l’éducation nécessaire pour les comprendre. Un jour, un physicien lui a conseillé de suivre une formation en mathématiques. Désormais, Jason Padgett est un étudiant de deuxième année à l’université et un théoricien des nombres en devenir. 
 

Maxiscience
Mercredi 14 Mai 2014

Lu 1032 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs