Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une chanson patriotique de Laila Al Maghribia signée Said Imam




Il fut un temps où les chansons patriotiques occupaient les ondes de la radio et les programmes de télévision de façon permanente. A l'occasion des fêtes nationales, les chanteurs, les  compositeurs et les interprètes se livraient à une rude concurrence pour produire de belles chansons patriotiques dont plusieurs sont d'ailleurs toujours vivaces dans nos mémoires comme "Nidae Al Hassan" ou encore "Habib ljamahir". 
Depuis quelques années, la chanson patriotique a complètement disparu si ce n'est quelques tentatives pour louer la beauté de tel ou tel endroit. Pourtant, il s'agissait d'une véritable culture et d'un moyen très efficace pour apprendre aux jeunes générations les heures de gloire de l'histoire de leur pays.
Récemment, quelques tentatives ont eu lieu. C'est dans ce cadre, c'est-à-dire, pour redonner à la chanson patriotique ses lettres de noblesse, que Said Imam a composé une chanson pour Laila Al Maghribia, intitulée " Hiya bladi al Maghrib" dont la répartition musicale a été confiée à Adil Ayech qui est très connu en Orient pour avoir travaillé avec des noms célèbres tels Mohamed Abdou, Houcine Guasmi, Nancy Ajram, Assala Nasri.
L'idée de la chanson a été dictée par les événements que connaît le monde arabe. L’objectif est de montrer que le Maroc est un pays de coexistence pacifique, de tolérance et d'ouverture. C'est aussi une occasion de rappeler, à la lumière des mouvements de manifestations que connaît le pays, que le Maroc restera toujours soudé et unifié et que sa force réside, justement, dans sa diversité.
Pour les paroles, Said Imam qui en est l'auteur, a tenu à ce qu'elles soient très claires et compréhensibles non seulement pour les Marocains mais dans tout le monde arabe, à l'instar des chansons  écrites pour Abdelwahab Doukkali et d'autres chanteurs marocains.
Pour la musique, le compositeur a tenté de s'inspirer de différentes mélodies et rythmes qu'offre le répertoire musical national. Said Imam est connu pour sa maîtrise à ce niveau, comme en témoigne la chanson qu'il avait composée pour Nezha Chaâbaoui; une chanson qui vante la richesse et la diversité du Royaume en survolant plusieurs villes et régions qui ont, chacune, sa spécificité.
Quant à Laila Al Maghribia qui vit en Orient et travaille de façon très professionnelle, elle tente de saisir chaque occasion pour chanter son pays et rendre hommage à ses origines.
A l'instar des autres chanteuses marocaines qui ont élu domicile dans cette partie du monde arabe, Laila relève un grand défi en occupant une place dans le hit-parade
" Toutes les chanteuses marocaines qui se trouvent en Orient ont une très belle voix C'est pour cela qu'elles sont sollicitées par les compositeurs et les maisons de production. Il ne s'agit nullement d'une usurpation comme certains veulent le faire croire. Le succès des chanteuses marocaines est donc amplement mérité", souligne Laila.
Cette réussite fait plutôt des envieux en  Orient. C'est une réussite méritée, d'abord parce que les chanteuses marocaines ont donné un nouveau souffle à la chanson arabe et, ensuite, parce qu'en Orient, il existe une grande pénurie au niveau des voix notamment féminines.
" Hiya bladi al Maghrib" est ainsi, une occasion pour se rappeler l'âge d'or de la chanson patriotique surtout en ces temps où le pays en a vraiment besoin.
Il fallait, en effet, rappeler à certains esprits chagrins que le Maroc est beaucoup plus fort que leurs  tentatives mesquines de vouloir semer la zizanie, alors que depuis douze siècles, le pays a dû sa continuité et sa force à la diversité de ses habitants, de sa culture et de sa civilisation.
Par ailleurs, Laila Al Maghribia a commencé le tournage d’un clip de « Hiya bladi al Maghrib » et ce, avec un staff marocain. La couverture du CD portera une dédicace adressée à Sa Majesté le Roi et au peuple marocain, une manière de souligner l’implication totale  de l’artiste dans la dynamique que connaît le pays.
Said Imam souligne, à ce propos, que l’artiste « est tenu de s’impliquer dans les grands événements et de jouer un rôle actif en adoptant de nouveaux styles et thèmes de façon à susciter l’intérêt du public pour son œuvre». 

Par Abdessalam Khatib
Samedi 3 Septembre 2011

Lu 539 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs