Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une carpe vendue 50.000 euros




Mme Jakobs signale qu'elle a retrouvé une de ses carpes -chacune est unique- dans une foire commerciale, un an après le vol dont elle fut la victime. “Mais, ajoute-t-elle avec dépit, quand la police a comparé les photos des deux carpes, elle a trouvé que la bande noire qui striait la peau de la carpe retrouvée à la foire était plus grosse que celle de la carpe qui nous avait été volée”.
“Mais ces carpes changent, elles grandissent, elles sont comme des enfants”, ajoute-t-elle.
Pour les propriétaires de carpes koï, leur valeur sentimentale est aussi importante que leur valeur matérielle.
Une solution serait d'assurer les carpes mais les tarifs sont prohibitifs.
La prime d'assurance représente souvent le tiers de la valeur du poisson.
Propriétaire du magasin spécialisé, Paradise of Japanese Koi, près de Gand, Annie Van Alboon, possède deux spécimens rares. Une de ses carpes mesure plus d'un mètre et sa valeur est jugée inestimable. L'autre, à l'abri dans un bassin spécial, vient d'être vendue à un riche collectionneur pour 50.000 euros.
Mme Van Alboon a également été victime de voleurs il y a une dizaine d'années. “Mon beau-père a fait une attaque cardiaque et est mort en découvrant le vol”, dit-elle. Depuis, son magasin est aussi surveillé qu'une banque et dispose des systèmes de sécurité les plus sophistiqués.
L'avidité des voleurs qui ne prennent pas soin des poissons l'enrage.
Les koï ont besoin d'eau très pure, d'une nourriture de qualité, sont sensibles au stress, énumère-t-elle. “Le stress libère du poison qui peut causer des dommages irréversibles à la carpe. En voler est un crime particulièrement cruel”, dit-elle.
Maltraitée, la carpe peut perdre ses couleurs chatoyantes, avoir la peau couverte de lésions. De telles carpes sont parfois rejetées dans des étangs.
Elles y meurent souvent et cela représente surtout un danger pour l'environnement et l'écosystème.
Les voleurs de carpes koï risquent de cinq à dix ans de prison, souligne le procureur adjoint de Dendermonde, Jurgen Coppens.
“Dès qu'on nous signale un vol peu importe qu'il s'agisse d'un poisson, de bijoux ou d'un piano à queue. Notre boulot est de faire de notre mieux pour retrouver ce qui a été volé et les voleurs”, dit-il.
Mais, ajoute-t-il, “nous ne possédons aucune piste”.

AFP
Mercredi 7 Septembre 2011

Lu 78 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs