Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une carence en vitamine D liée à un risque accru d'Alzheimer et de démence




Une carence en vitamine D liée à un risque accru  d'Alzheimer et de démence
Une forte carence en vitamine D doublerait le risque de souffrir de démence et de la maladie d'Alzheimer chez les personnes de plus de 65 ans, selon une étude étendue dont les résultats ont été publiés mercredi.
Une équipe internationale de chercheurs a analysé la teneur sanguine en vitamine D de 1.658 Américains âgés en bonne santé qu'ils ont suivis six ans en moyenne, période durant laquelle 171 ont développé une démence et 102 Alzheimer.
Cette recherche, parue dans la revue de l'Académie américaine de neurologie (AAN) Neurology, révèle que des niveaux bas de vitamine D accroissent de 53% le risque de démence, taux qui passe à 125% en cas de carences importantes par rapport aux personnes ayant des niveaux considérés comme normaux.
Les sujets avec des teneurs plus basses de vitamine D ont aussi vu le risque de développer la maladie d'Alzheimer augmenter de 69%, et de 122% chez ceux souffrant des déficiences les plus importantes.
"Nous nous attendions à trouver un lien entre une insuffisance en vitamine D et le risque de démence et d'Alzheimer mais ces résultats nous ont surpris car ce lien est deux fois plus fort", relève le Dr David Llewellyn, de la Faculté de médecine d'Exeter au Royaume-Uni, principal auteur de cette recherche.
"Il faut maintenant faire des essais cliniques pour déterminer si le fait de consommer de la nourriture riche en vitamine D comme des poissons gras (saumon, maquereau...) ou de prendre des compléments peut retarder voire prévenir l'apparition de la maladie d'Alzheimer et de la démence", ajoute-t-il. "Même si seulement un petit nombre de personnes bénéficie de cette recherche, cela aura d'importantes implications de santé publique étant donné l'impact dévastateur et les coûts de ces dégénérescences mentales", a estimé le professeur Llewellyn.
Cette étude a aussi permis de déterminer que des taux de vitamine D supérieurs à 50 nanomoles par litre permettent de maintenir une bonne santé cérébrale. La vitamine D provient de trois sources: outre les poissons gras et les compléments, une exposition au soleil permet aux rayons ultraviolets de synthétiser un dérivé du cholestérol dans l'organisme.  Quinze minutes par jour au soleil en été sont suffisantes pour faire le plein de vitamine D qui, d'ailleurs, est stockée plusieurs mois dans le foie et les graisses.
Mais chez les personnes plus âgées, la peau est moins efficace à produire de la vitamine D en étant exposée au soleil, relèvent ces chercheurs.
Dans de nombreux pays, le rayonnement solaire en hiver est trop faible pour permettre à la peau de produire assez de vitamine D.
La démence, dont la maladie d'Alzheimer, est l'un des plus grand défis de santé publique avec 44 millions de cas dans le monde, un nombre qui devrait tripler d'ici 2050 avec le vieillissement rapide de la population. Il est estimé qu'un milliard de personnes dans le monde souffrent de carences en vitamine D.
 

Libé
Vendredi 15 Août 2014

Lu 392 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs