Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une brique verte et peu énergivore, c’est possible

Les briqueteries marocaines doivent s’adapter aux normes environnementales, selon une étude de l’Agence de coopération allemande




Une brique verte et peu énergivore, c’est possible
Les briqueteries marocaines doivent s’adapter aux changements des conditions externes notamment aux niveaux de la  qualité des matières premières, des normes environnementales, de l’évolution du prix de vente, de l’augmentation des prix d’énergie ou encore de la disponibilité des pièces de rechange, selon les conclusions d’une étude réalisée par l’Agence de coopération allemande GIZ.
Cette étude de terrain qui a concerné six briqueteries basées à Berrechid, Salé, Meknès, Marrakech et Mohammedia, s’est fixé pour objectif d’évaluer l’efficacité de l’utilisation de l’énergie en comparaison avec la consommation moyenne usuelle sur le plan international, tout en proposant des mesures pour améliorer l’efficacité énergétique par l’optimisation des procédés et ce, afin de réduire la consommation d’énergie qui est très importante dans ce secteur en plein essor au vu du dynamisme que connaît le bâtiment au Maroc.
Grand consommateur d’énergie d’origine fossile et source importante de la pollution atmosphérique, l’industrie de la brique en terre cuite ne pourrait tirer pleinement profit de cet essor sans réelles qualifications permettant des économies d’énergie tout en préservant les ressources, l’environnement et la qualité des produits, et de faire face à la concurrence des produits en béton commercialisés par les multinationales du ciment, note cette étude réalisée par la composante industrielle du Programme environnemental de la coopération technique maroco-allemande (PGPE).
L’étude révèle que les briqueteries visitées sont toutes dotées d’une technologie relativement moderne avec un four continu (four tunnel) et un séchoir continu (principalement un séchoir Anjou) avec des capacités comprises entre 450 et 1100 t/j. Aucune des briqueteries ne travaille à son régime maximal. Le régime moyen de fonctionnement des briqueteries visitées était de 58%, ce qui signifie que les capacités de production existantes n’étaient utilisées au maximum. Dans les usines équipées de 2 lignes de production, l’un des deux fours était en arrêt, selon l’étude, tout en indiquant que les briqueteries marocaines fonctionnent actuellement à un régime variant de 41% à 94%.
Explication : La capacité réduite de production des briqueteries est due à la baisse du marché suite à une faible conjoncture actuelle de construction générée par une forte concurrence entre les fabricants. Le prix pour les briques est de l’ordre de 30 euros par tonne et l’énergie constitue 39% des coûts de revient d’une briqueterie au Maroc.

Mercredi 8 Janvier 2014

Lu 564 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs