Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une base de l'Onu attaquée à Tombouctou

La cité légendaire reprend possession de ses mausolées reconstruits




Une base de l'Onu attaquée à Tombouctou

Des hommes armés ont attaqué vendredi une base de l'Onu aux alentours de Tombouctou, au Mali, avant de s'y retrancher et une opération est en cours, a déclaré un porte-parole de la mission de l'Onu.
 Les assaillants sont arrivés en voiture à l'entrée de la base des Nations unies à 6h30 du matin (06h30 GMT) avant de faire exploser leur véhicule, a dit Olivier Salgado, porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma).
 "Un nombre inconnu d'assaillants se sont retirés à l'intérieur de la base. Une opération des forces maliennes et de la Minusma est en cours", a-t-il ajouté, précisant qu'un policier blessé avait été évacué.
 La base abrite un contingent nigérian, affirment des sources militaires à Tombouctou. Selon le porte-parole onusien, elle était pratiquement vide à l'heure de l'attaque, à l'exception de quelques gardes.
Des témoins ont dit avoir vu plusieurs corps à l'extérieur.
 Une autre attaque au bilan encore incertain a eu lieu à Kabara, non loin de l'aéroport de Tombouctou, à un poste de contrôle de l'armée malienne.
 Les combattants islamistes ont pris la ville de Tombouctou en 2012 avant d'en être chassés par les forces françaises. Ces derniers mois, ils ont intensifié leurs attaques au Mali dans le cadre de tensions régionales grandissantes.
Par ailleurs, plus de trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou par les jihadistes, à coups de pioche, de houe et de burin, la cité légendaire du nord-ouest du Mali a repris jeudi possession de ses sanctuaires reconstruits à l'identique.
 C'est au nom de la lutte contre "l'idolâtrie" que le groupe jihadiste touareg malien Ansar Dine les avait démolis. C'est par une cérémonie de sacralisation, avec lecture intégrale du Coran et prière collective, que s'achève la patiente oeuvre de réhabilitation.
"C'est un symbole fort pour la paix", s'est félicité Sane Chirfi, représentant de la famille responsable du mausolée Alpha Moya, l'un des tout premiers vandalisés. "Les mausolées sont des symboles de rassemblement, de regroupement, parce que parmi les saints de Tombouctou, il y a des saints de toutes les ethnies".
 "On avait vu la dureté des images, la brutalité des destructions, et aujourd'hui, ce mausolée, nous sommes très heureux qu'il soit debout", a confié le représentant de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), qui a conduit le projet, Lazare Eloundou.
 Grâce au savoir-faire traditionnel des maçons de Tombouctou et aux matériaux locaux, les édifices restaurés sont semblables aux originaux, a constaté un journaliste de l'AFP.
Pour parvenir à ce résultat, les restes des murs ont été récupérés. Les anciennes photos ont été consultées et, la tradition culturelle se transmettant généralement de bouche à oreille, des personnes âgées ont été interrogées avant et pendant les travaux.
Malgré l'importance de ces mausolées pour la population, qui voue un grand respect aux saints décédés, seuls étaient conviés à la cérémonie les représentants des familles chargées de leur gestion, des responsables maliens, dignitaires coutumiers et religieux ainsi que des diplomates.
Mais tous les habitants pourront désormais en bénéficier pleinement, a assuré le directeur de cabinet du ministre de la Culture, Almamy Ibrahim Koreissi: "Il s'agit de remettre en activité ces monuments-là : que ceux qui avaient l'habitude de les fréquenter puissent revenir se recueillir dans ces mausolées".
 Après le sacrifice rituel de cinq boeufs tôt dans la matinée, la cérémonie, dans la mosquée de Djingareyber, s'est conclue par la remise des clés aux familles en charge des sanctuaires.
"Ce jour célèbre le remarquable et courageux travail que vous avez accompli pour recouvrer votre dignité", a déclaré Lazare Eloundou.

Samedi 6 Février 2016

Lu 378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs