Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une banque pour garder des prières




Une banque fondée il y a 90 ans à Bénarès, en Inde, a la particularité de ne renfermer aucun billet. Les clients qui y ont un compte n’y gardent pas leur argent, mais 125.000 bouts de papier portant le nom du dieu “Râma”... en échange d’un espoir que leurs prières soient exaucées, rapporte Courrier International.
Des clients de tous horizons
La banque compte 100.000 clients à travers le monde, entre les Etats-Unis, le Canada et les Antilles. Ces derniers sont issus de différents milieux, et parmi eux se trouvent des ingénieurs, des médecins ou encore des femmes au foyer. Beaucoup semblent convaincus de l’efficacité du service rendu, assurant que leurs prières déposées à la banque ont été réalisées. Désirs d’enfants, guérisons, sont autant de requêtes qui ont été exaucées grâce à la banque.
Un service gratuit
“De l’ouverture du compte à l’organisation des rituels, la banque ne réclame pas un sou aux clients”, explique Sumit Mehrotra, responsable actuel de la banque et petit-fils du fondateur Ram Ramapati. En effet, l’opération est entièrement gratuite, la banque fournissant même le papier et le crayon à ses “clients”.
Ceux-ci déposent leur prière dans le coffre, et la banque leur “prête” le nom de la divinité Râma jusqu’au retour des 125.000 papiers en portant la mention manuscrite. À partir de ce moment, la banque lance ses rituels pour la prospérité du client. “Une fois le message sacré déposé par le titulaire du compte, nous procédons à une série de rituels destinés à lui garantir chance et prospérité”, poursuit Sumit Mehrotra.
Des conditions strictes
Le client doit donc écrire le nom de Râma sur 125.000 morceaux de papier à déposer dans le coffre, mais l’opération nécessite des circonstances particulières : “Le propriétaire du compte doit déposer le document sacré au plus tard huit mois et dix jours après avoir contracté le prêt”, déclare Sumit Mehrotra. “Il faut procéder à des ablutions avant d’écrire. Les clients doivent se soumettre à un régime végétarien très strict et éviter l’ail et l’oignon pendant toute la période où ils se consacrent à l’écriture du nom de Râma.”
Une affaire de famille
La banque a été créée par Das Channu Lal, un homme qui avait décidé de consacrer sa vie à Râma. Depuis, l’entreprise est gérée par la famille, et aucun changement n’est prévu pour le moment à ce niveau-là : “Jusqu’à présent nous n’avons eu à embaucher personne. Notre famille s’occupe de tout”, confirme M. Mehrotra. 

Zigoneta
Jeudi 26 Mai 2011

Lu 573 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs