Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une anesthésie générale avant l'âge d'un an néfaste pour la mémoire




Une anesthésie générale avant l'âge d'un an néfaste pour la mémoire
Une anesthésie générale avant l'âge d'un an pourrait avoir des répercussions sur la mémoire pendant l'enfance, voire au-delà, selon une étude publiée lundi.
Des chercheurs américains sont parvenus à cette conclusion après avoir comparé les capacités de mémorisation de deux groupes de 28 enfants, dont l'un avait subi des anesthésies générales avant l'âge d'un an et l'autre pas.
Les enfants, âgés de 6 à 11 ans, ont été testés pendant une période de dix mois sur leurs capacités à se souvenir de détails figurant sur des dessins. "Les enfants n'étaient pas différents en terme d'intelligence ou de comportement, mais ceux qui avaient subi une anesthésie avaient un score significativement plus bas que les autres", indique un résumé fourni par la revue médicale Neuropsychopharmacology (groupe Nature).
Or "des déficits de mémoire même minimes peuvent avoir des conséquences immédiates en réduisant la capacité d'apprentissage des enfants" écrivent les chercheurs de l'Université de Californie.
Aucune différence n'a en revanche été relevée entre les enfants ayant subi une seule anesthésie ou plusieurs avant l'âge d'un an.
Les mêmes chercheurs ont également mené une étude parallèle sur 33 rats anesthésiés au cours de la première semaine de leur vie et montré que ceux-ci reconnaissaient moins bien les odeurs que leurs congénères qui n'avaient pas été anesthésiés.
Aucun des rats n'avait souffert d'une blessure au cerveau, ce qui prouverait, selon les chercheurs, que l'anesthésie est bien à l'origine de la perte de mémoire.
Des études ont montré dans le passé que l'anesthésie pouvait détruire certaines cellules nerveuses et affecter le fonctionnement des synapses, mais son impact sur la mémoire humaine n'avait pas encore été étudié.
Les chercheurs reconnaissent toutefois que d'autres études seront encore nécessaires pour savoir si le déficit de mémoire est réversible chez l'homme.
"Ces résultats peuvent nous inciter à nous poser des questions sur la nécessité de certaines anesthésies", indique Greg Stratmann, l'un des coauteurs de l'étude dans un mail adressé à l'AFP.
Au-delà des actes chirurgicaux, l'anesthésie générale peut être utilisée pour immobiliser un bébé lors de certains examens médicaux comme les IRM (ou technique d'imagerie par résonance magnétique) par exemple ou lors de la pose de certains dispositifs.

Mardi 17 Juin 2014

Lu 59 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs