Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une ancienne civilisation mexicaine élevait et mangeait des lapins




Les peuples qui vivaient il y a plusieurs siècles dans la cité pré-hispanique de Teotihuacan, au Mexique, élevaient des lapins pour les manger et utiliser leurs os comme outils, révèle une étude publiée mercredi aux Etats-Unis.
Les chercheurs font état de l'un des premiers exemples d'élevage de petits mammifères dans une culture indigène, d'après cette publication de la revue scientifique PLOS ONE.
"Parce qu'aucun grand mammifère comme la chèvre, la vache ou le cheval n'était disponible pour être domestiqué dans le Mexique pré-hispanique, beaucoup estiment que les amérindiens n'avaient pas de relations homme-animal poussées comme dans les sociétés du Vieux Continent", écrit Andrew Somerville, co-auteur de l'étude et chercheur à l'université de Californie à San Diego. "Nos résultats suggèrent que les citoyens de l'ancienne cité de Teotihuacan ont entrepris des interactions avec une faune plus petite et diverse, comme les lapins et les lièvres", poursuit-il, rapporte l’AFP.
Célèbre pour ses imposantes pyramides du Soleil et de la Lune, Teotihuacan, dans le centre du Mexique, a été créée une centaine d'années avant J-C. et a compté jusqu'à 200.000 habitants à son apogée, avant sa chute au VIe ou VIIe siècle après J-C.
Les analyses des excavations archéologiques entreprises dans cette ancienne cité de quelque 20 km² mettent en évidence que les lapins sauvages faisaient partie des animaux les plus prisés dans cette culture. 
Ils représentent 48% des restes de la faune identifiée près d'Oztoyahualco. Les chercheurs ont pu établir qu'existaient à l'époque des boucheries, où "des niveaux élevés de phosphate du sol suggèrent la présence de matière fécale désintégrée ou de sang issu d'abattage". 
Ils ont également trouvé des lames faites de roches, plusieurs os de pieds de lapins ainsi que des murets de pierre qui pourraient avoir servi d'enclos.
Les analyses comparées des restes retrouvés et de spécimens actuels dans le centre du Mexique démontrent que ceux de l'époque mangeaient davantage d'aliments issus de l'agriculture comme le maïs.
Ce qui laisse entendre que les habitants les élevaient, à la fois pour leurs qualités nutritives mais aussi pour leur fourrure ou pour se servir de leurs os "comme outils".

Libé
Lundi 29 Août 2016

Lu 957 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs