Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une alliance d’amour et d’unité




Personne n’avait la moindre idée sur comment le Moyen-Orient s’avérerait lorsque le Traité de Lausanne a artificiellement désintégré le legs de l’empire ottoman. Churchill a créé les frontières que nous connaissons aujourd’hui comme il a voulu. Toutefois, il ne lui est jamais venu à l’esprit que ce démembrement obligatoire du Moyen-Orient causerait un siècle d’agitations dans la région. Dans le sillage du Traité de Lausanne, les mêmes concepts fallacieux provoqués par cette désintégration sont devenus une source de problèmes : frontières, identité ethnique et nationalisme.  
Le Moyen-Orient n’est pas à l’aise. Le conflit en Syrie ne peut pas être arrêté, les minorités kurdes se sentent menacées. C’est ce que la désintégration a causé au Moyen-Orient. Le monde occidental a toujours cherché des manières de profiter plus. La méthode employée dans cette poursuite peut être décrite comme : «segmentation perpétuelle – segmentation autant que possible».
Ce plan a été ourdi contre l’Irak qui a été divisé en trois parties et a ainsi perdu toute sa puissance. Il y a de tels plans concernant la Turquie. Le plan de créer une Turquie faible, d’abord par le détachement de l’Anatolie du Sud-Est, puis la division des régions côtières, l’une après l’autre, n’est pas nouveau. Ces plans furtifs pour le Moyen-Orient continuent sous nos yeux. De la même manière que la désintégration a servi l’Occident après le Traité de Lausanne, les cercles au pouvoir sont à la poursuite de plus de puissance par plus de segmentation.  Les efforts visant à établir un minimum d’unité dans le monde islamique sont appréciables, mais ils ne donnent aucun résultat.
L’Organisation de la coopération islamique a annoncé: «Ils sont sur le point de conclure des efforts de création d’une unité de «paix, sécurité et médiation» qui a été fondée il y a un an. Sur un an, 44.000 personnes ont été assassinées en Syrie, le conflit en Irak a continué, les Egyptiens continuent leurs manifestations dont beaucoup ont été accueillies avec violence dans les rues. En effet, ce sera l’unité de paix, de sécurité et de médiation, qui ne peut être établie en une année et être capable de rendre le Moyen-Orient une région pourtant de paix et d’amour. J’en doute fortement. Comme avec beaucoup d’autres exemples de la promesse de telles associations, réunions et médiations dans l’histoire, il n’y aura aucun résultat.
La demande de démission du chef de l’opposition syrienne Muaz Al Khatib, connu pour son attitude modérée, a été fondée sur cette impasse des institutions en question. Par résignation, Al Khatib a réagi à l’absence d’actes réels, en dépit d’une série de réunions; les promesses ont été faites et les efforts des organisations internationalement reconnues. Lors de la réunion de la Ligue arabe, il était certainement agréable de voir Al Khatib représentant de la Syrie, mais était-ce un succès dans la façon de résoudre des problèmes? A-t-il changé le cours des événements? Y a-t-il un ‘horizon pour la Syrie? Sûrement pas.
En analysant le passé, nous constatons la désintégration comme fondement du problème du Moyen-Orient. Le monde islamique est désagrégé, les gens sont forcés d’oublier le concept de la fraternité tandis que les frontières et les intérêts personnels ont pris de l’importance. Dans ces circonstances, aucune organisation de coopération ne fournira de solution, car peu importe comment les dirigeants peuvent se réunir sous le même toit, les peuples islamiques sont encore désunis.  
Le Coran ordonne l’unité des musulmans. Mais quel genre d’unité? Unis comme des frères. Unis comme des bien-aimés. Unis comme protecteurs l’un de l’autre. Une union dans laquelle chacun préfère l’avantage de ses frères en sus des siens. Ce n’est pas une union établie sur la haine des uns envers les autres, en supposant une attitude égoïste, se croyant supérieur, ignorant les problèmes, n’exprimant pas la rage contre les religions et les nations. L’unité n’est pas conçue comme intolérante, implacable et égoïste. Allah n’accorde pas de bénédictions à une telle unité et n’accorde pas clairement sa bénédiction actuellement.
 Que le problème syrien persiste est encore une conséquence de l’absence d'unité fondée sur l’amour. A notre époque, une mobilisation  assurant cette unité doit être organisée au Moyen-Orient. Les excuses présentées par Israël à la Turquie pour le raid contre Mavi Marmara peut être considéré comme un début paisible, important et nous devons tirer le meilleur parti de celui-ci. Au Moyen-Orient, il y a nécessité d’une unité de l’amitié et de puissance susceptible d’être entendue par le régime syrien. Cette unité doit également être en mesure de donner des garanties à Poutine sur le nouveau gouvernement en Syrie.
Les paroles de paix sont précieuses et sont souvent suivies de développement. A l’heure actuelle, avec la coopération entre Israël et l’Egypte, la Turquie peut garantir à Bachar de quitter la Syrie avec sa famille. Une fois que les mesures de sécurité sont prises, Al-Assad et sa famille peuvent être transférés vers un autre pays, comme la Turquie ou la Jordanie.
Les autres pays arabes doivent notamment soutenir cette unité, renforcer une opposition modérée et offrir une garantie sur cette position à la Russie. Une fois que la Syrie constate ce genre de soutien fort, elle va immédiatement se désolidariser du régime. Après cette étape, il est probable que l’Iran lui retire également son soutien, car ce pays ne voudrait pas rester seul dans la région. Cependant, même s’il maintient son soutien comme une seule entité, il ne sera pas assez puissant pour défendre Al-Assad.
Si l’unité de l’amour et de la paix entre les pays du Moyen-Orient ne peut pas être établie de cette manière, alors la stabilité peut prendre en charge les exigences de cette atmosphère paisible. Pour accomplir cette unité, les pays islamiques doivent mettre de côté sans frontières ethnocentriques, leurs passés et leurs propres intérêts et s’unir aux seuls fins de l’amour. L’unité de l’amour signifie la puissance. Rien ne peut résister à la puissance de l’amour. L’unité de l’amour prendra également les pays non musulmans sous ses ailes. Par conséquent, elle sera également une garantie pour eux et deviendra une entité qu’ils soutiendront. Tout d’abord, les pays islamiques peuvent faire le premier pas dans cette unité en demandant le retrait du passeport et la restriction du visa entre eux. C’est une mesure concrète qui résoudra bon nombre de problèmes. L’essentiel, c’est de vouloir.

Par Cherif Chebihi Hassani
Samedi 26 Septembre 2015

Lu 914 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs