Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une Mannschaft au top




Une Mannschaft au top
En pulvérisant le Brésil 7-1 mardi en demi-finale du Mondial-2014, les joueurs de l'Allemagne ont réussi une performance extraordinaire, historique, guidée par le vieux Klose, son successeur probable Müller, le milieu Kroos et Khedira, avec un solide Neuer.
 
Müller, celui qui 
ouvre la voie
Müller a donné le premier coup de théâtre et refroidi une première fois la Seleçao en ouvrant le score sur corner, seul au deuxième poteau (11e). Son 10e but en Coupe du monde, à 24 ans seulement. Ronaldo en a fait son successeur dans l'avenir, puisque le Bavarois (55 sélections, 25 buts) peut encore disputer plusieurs éditions de la compétition majeure. Müller a aussi enroulé une belle frappe sortie par Julio Cesar (61e), et toujours provoqué le danger par ses courses et débordements sur l'aile, mettant au supplice un Marcelo totalement désorienté.
 
Klose, le record 
dans l'orgie
Le vieux renard a encore frappé: Klose a inscrit son 16e but en Coupe du monde, reléguant Ronaldo aux oubliettes (15 buts). C'est Müller qui lui transmet le ballon dans la surface, et l'avant-centre de 36 ans s'y reprend à deux fois pour battre le gardien. Un but important parce qu'il permettait à la Nationalmannschaft de mener 2-0, de faire le trou. Du haut de ses 136 sélections et désormais 71 buts, il a été remplacé à l'heure de jeu, et plutôt applaudi par le Mineirao, qui a salué la performance historique du joueur. Et par les supporters allemands, aux anges, qui scandaient "Miroslav Klose!"
 
Kroos, le passeur 
devient buteur 
Pour sa 50e sélection, le meneur de jeu de 24 ans a inscrit un doublé qui a tué le match, deux buts coup sur coup: un extérieur du gauche (24e) et la conclusion d'un une-deux avec Khedira après avoir lui-même chipé le ballon à Fernandinho (26e). Mais fidèle à ses habitudes, Kroos avait adressé sa quatrième passe décisive du tournoi d'un corner pour l'ouverture du score de Müller. Et pourtant, c'est lui qui avait annihilé la première situation chaude pour les Allemands en contrant, du postérieur, une reprise de volée de Khedira (7e). Le Bavarois allait se rattraper...
 
Khedira, au four et au moulin 
Dans le tandem qu'il forme avec Schweinsteiger, sans doute une des clefs de la réussite allemande, c'est lui qui se projette vers l'avant. Et son allant a été récompensé d'un but lorsqu'il conclut une percée de Hummels et un relais avec Özil, d'un plat du pied appliqué (29e), le but du 5-0. Khedira (27 ans, 51 sélections, 5 buts) a aussi participé à la domination du milieu allemand, presque clinique dans la précision et le calme. 
 
Neuer, présent tout de même 
Cette fois, après un 8e de finale (2-1 a.p. contre l'Algérie et un quart (1-0 contre la France) où il s'était détaché au sein de la Nationalmannschaft, le gardien a laissé la vedette aux éléments offensifs. Mais Neuer (28 ans) était bien présent, vigilant sur un centre de Ramires (50e), en s'interposant à bout portant devant Oscar (52e) et en sortant un double arrêt, le deuxième somptueux, devant Paulinho (53e). Il est seulement battu sur la fin par Oscar sur une contre-attaque (90e). Pour laisser les Brésiliens sauver l'honneur ?
 
Schürrle, "super-sub" 
Il avait mis la Nationalmannschat sur la voie par un but contre l'Algérie en 8e de finale, il en a cette fois inscrit deux, en sortant une nouvelle fois du banc. Une reprise simple sur un centre de Lahm (69e), puis une superbe frappe sous la barre (79e). Le joueur de 23 ans (38 ans, 16 buts), qui a encore apporté son élan, sa vitesse, a montré que l'Allemagne avait du banc, et posé sa candidature pour une nouvelle entrée en jeu tonitruante en finale. 

Jour historique pour le foot allemand et mondial
 
La spectaculaire demi-finale du Mondial-2014 remportée par l'Allemagne contre le Brésil (7-1) à Belo Horizonte a fait de mardi "un jour historique pour le football allemand et mondial", a estimé le président de la Fédération allemande (DFB), Wolfgang Niersbach.
"C'est un jour historique pour le football allemand et mondial, a-t-il déclaré sur la chaîne allemande ZDF. C'est une performance incroyable, dont les mots ne peuvent même pas rendre compte. Le mot sensationnel ne suffit pas, même merveilleux est trop faible".
"Cinq buts en 19 minutes, dans la tribune d'honneur les gens me regardaient, a poursuivi M. Niersbach. C'était du foot comme venant d'une autre planète. Je suis tellement content pour l'entraîneur et l'équipe. C'était très enthousiasmant, mais je vois aussi les facteurs internes, comment ils se comportent entre eux, cette discipline, mais aussi cette décontraction, tout est bien".
"Mais maintenant on n'a pas le droit de déconner, a prévenu le président de la Fédération. Dimanche on a l'occasion de faire le dernier grand pas. Il faut décrocher la quatrième étoile".
 


AFP
Jeudi 10 Juillet 2014

Lu 363 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs