Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Unanimité syndicale contre le diktat du gouvernement Benkirane

Le SPS et des syndicats sectoriels de l’UNTM soutiennent la grève générale




Unanimité syndicale contre le diktat  du gouvernement Benkirane
Nouveau coup dur pour le ministre de la Communication et porte-parole du  gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui a qualifié à plusieurs reprises la grève générale du 29 octobre d'"injustifiée" et  d'"incompréhensible". En effet, le Syndicat populaire des salariés (SPS), adossé au Mouvement populaire, formation politique qui fait partie de la coalition gouvernementale, ainsi que des syndicats catégoriels affiliés à l’UNTM, aile syndicale du PJD, prendront également part à ladite grève. 
Abdelkader Tarfay, secrétaire général de la Fédération nationale du secteur de la santé, affiliée à cette dernière centrale, a précisé, dans des déclarations à la presse, que son syndicat prendra, bel et bien, part à cette grève. Idem pour des branches de la Fédération nationale de l’enseignement, à Essaouira, Larache et Fnideq.    
Cette participation au débrayage apparaît comme une sorte de rébellion contre la décision du secrétaire général du syndicat pjdiste et non moins membre du Bureau politique du parti aux commandes, Mohamed Yatim. 
Dans le même contexte, le bureau national du SPS a appelé toutes ses fédérations et  bureaux régionaux, provinciaux et locaux, à participer à cette grève nationale «pour la défense des dossiers cruciaux qui concernent tous les Marocains, de Tanger à Lagouira». Un communiqué dudit syndicat précise également qu’après analyse de la conjoncture nationale, le SPS a décidé de rallier les rangs des grévistes, afin de protester contre la détérioration du pouvoir d'achat, les hausses vertigineuses des prix, l'absence de négociations  nationales et sectorielles, la faiblesse ou le manque  de protection de certaines catégories sociales, le démantèlement programmé de la Caisse de compensation, ainsi que la violation des libertés syndicales et le déférement des travailleurs et des dirigeants syndicaux devant les tribunaux. 
S’ajoutent à cela, l’interdiction d’un nombre important de manifestations revendicatives pacifiques et les tergiversations dont fait preuve le gouvernement quant à tenir ses promesses et combattre de manière efficiente le problème du chômage et de l'emploi.  
En réalité, il s’agit des mêmes revendications qui ont été formulées non seulement par les trois syndicats qui ont initialement appelé à la grève, mais aussi par ceux qui les ont  rejoints dont l’UGTM et l’ODT, entre autres.
Lors d'une conférence de presse organisée, samedi à la Bourse du travail de Casablanca par l’Union marocaine du travail (UMT), la Confédération démocratique du travail (CDT) et la Fédération démocratique du travail (FDT), pour sensibiliser l'opinion publique  sur les causes à l'origine de cette grève, ces trois centrales syndicales ont  non seulement réitéré ces revendications, mais elles ont aussi souligné que ce débrayage intervient après épuisement de tous les moyens d’amener l’Exécutif à engager un dialogue tripartite, notant que le  gouvernement est "incapable de répondre positivement aux doléances des salariés  et de l'ensemble des citoyens". La crise de dialogue et de négociation collective au Maroc est l'une des  principales causes derrière cette grève, ont-ils indiqué, soulignant que le gouvernement a fermé la voie du dialogue  et de communication avec les syndicats et opté pour la prise de  "décisions unilatérales et iniques" concernant les grandes questions de l’heure tout en bafouillant allégrement les dispositions de la Constitution de 2011 qui plaident pour l’instauration d’une approche participative en vue de régler les grandes questions de l’heure.
 

Mehdi Ouassat
Lundi 27 Octobre 2014

Lu 943 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs