Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un virus inhabituel fait s’emmêler les serpents




Un virus inhabituel fait s’emmêler les serpents
Une classe de virus nouvellement découverte serait à l’origine d’une maladie qui entraîne l’emmêlement des serpents. Une fois infectés, les serpents régurgitent leur nourriture, arrêtent de manger et font des nœuds de leur corps.
Des chercheurs de l’université de San Fransisco ont découvert trois nouveaux virus chez des serpents en captivité : des boas constrictors et des pythons. Ces virus infectent directement les cellules des serpents et sont d’un genre totalement différent de ceux connus jusqu’ici.
“Il est extrêmement différent de tout ce que nous connaissions jusqu’ici, il est pratiquement entièrement nouveau”, indique Joseph DeRisi, chercheur à l’UCSF qui a dirigé les travaux publiés dans la revue en ligne mBio. Ces virus à ARN qui infectent parfois les humains (ils entraînent notamment une fièvre de Lassa) n’avaient jamais été observés chez des reptiles auparavant.
La principale différence réside dans le fait que les virus à ARN retrouvés dans les serpents présentent certaines particularités. Ils possèdent notamment un gène présent dans l’Ebola (qui est un filovirus) et qui est donc très différent de cette classe de virus. Les virologues n’avaient jusqu’ici jamais cru possible que ces deux classes puissent échanger des gènes entre eux, souligne William Gallaher, virologue et professeur émérite à l’université de Louisiane.
Selon les données les plus récentes, le filovirus Ebola aurait pu s’être mélangé aux virus ARN il y a très longtemps. Cependant,  Gallaher estime que les chances pour que cela se soit passé ainsi restent faibles. En effet, les deux virus sont de types biologiques très différents aussi, les retrouver tous les deux actifs dans la même cellule au même moment pour mélanger leur matériel génétique est très improbable.
De son côté, DeRisi s’enthousiasme pour une autre possibilité. Peut-être que ces virus de serpents sont des ancêtres des virus à ARN et des filovirus. “Peut-être nous trouvons-nous face à des virus de dinosaures qui datent d’il y a une éternité”. Ces anciens virus reptiliens auraient pu évoluer jusqu’à devenir des virus à ARN infectant des rongeurs qui auraient été avalés par des serpents (ce que les chercheurs nomment l’hypothèse de la revanche des rongeurs).
Pour l’heure, l’origine exacte de ce virus reste donc mystérieuse. Pour en apprendre davantage, les scientifiques vont maintenant chercher à infecter des serpents sains avec les virus retrouvés et génétiquement identifiés afin d’observer si les reptiles développeront la maladie.

Libé
Mardi 28 Août 2012

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs