Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un trou noir géant surpris en train d'engloutir une étoile




Des astronomes ont assisté au réveil d'un trou noir géant, un monstre cosmique, surpris alors qu'il disloquait et avalait une étoile passant trop près, selon deux études publiées mercredi dans la revue scientifique britannique Nature.
Un flux de rayons gamma captés par le satellite Swift a trahi le repas de l'ogre du cosmos, un trou noir aussi massif qu'un million de soleils, comme celui situé au cœur de notre galaxie La Voie Lactée.
La plupart des galaxies abritent en leur centre un trou noir qui peut avoir la masse de millions, voire de milliards d'étoiles semblables au Soleil.
Ces trous noirs supermassifs peuvent piéger dans leur champ de gravité des étoiles qui sont détruites par des effets de marée. La partie de l'étoile la plus proche du trou noir est soumise à une force de gravité plus grande que sa face plus éloignée. L'étoile est étirée et finit par se disloquer.
Les débris ne tombent pas directement dans le trou noir. Avant d'être engloutis, ils spiralent à grande vitesse autour de ce glouton, émettant un puissant rayonnement. Des émissions résiduelles résultant de ce processus avaient déjà été détectées dans des galaxies lointaines.
Les signaux captés à partir du 25 mars par le satellite Swift avaient mis en alerte les astronomes.
Compte tenu des caractéristiques du rayonnement et de son évolution, ils estiment avoir été pour la première fois témoins de la dislocation d'une étoile et de la naissance du puissant rayonnement résultant de l'accrétion de sa matière autour d'un massif trou noir.
"Le début d'un tel événement (...) n'avait pas été observé jusqu'alors", souligne David Burrows (Université de l'Etat de Pennsylvanie, Etats-Unis) qui a analysé avec son équipe les rayons X émis.
Ils se sont révélés 10.000 fois plus lumineux que prédit par la théorie, souligne un expert, Davide Lazzati (Université de l'Etat de Caroline du Sud, Etats-Unis) dans Nature, faisant état des "surprises" des astronomes.
L'équipe d'Ashley Zauderer (Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, Etats-Unis) qui a analysé les ondes radio émises, conclut que leur source coïncide avec le centre de la galaxie et estime que le trou noir central correspond à 1 million de masse solaire.
Le jet de particules associées au rayonnement se propage à des vitesses proches de celle de la lumière. L'émission d'un tel jet "n'était pas prévue dans cette situation", relèvent les chercheurs, qui estiment néanmoins que la dislocation gravitationnelle d'une étoile "explique naturellement" les propriétés du rayonnement observé.

Libé
Lundi 29 Août 2011

Lu 206 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs