Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un tribunal symbolique et une pétition pour demander l’abrogation de l’article 475 : Haro sur l’impunité du viol




Un tribunal symbolique et une pétition pour demander l’abrogation de l’article 475 : Haro sur l’impunité du viol
La campagne suscitée par le viol et le suicide d’Amina Filali ne cesse de prendre de l’ampleur. Depuis que ce scandale  a éclaté, toutes les composantes de la société civile, les militants des partis politiques et les intellectuels n’ont cessé de  crier au  scandale. Des voix se sont élevées même au-delà des frontières. Tous les moyens ont été mis en place pour dénoncer cette tragédie. Ainsi le site avaaz.org, a mis en ligne une pétition qui a recueilli 780.000 signatures à travers le monde. La famille de la défunte s’apprête à en faire part au chef de gouvernement  Abdelilah  Benkirane. Des représentants d’Avaaz, ce mouvement mondial qui donne aux citoyens les moyens de peser sur les décisions politiques à travers Internet font montre de persévérance. Pour eux, rien n’est assez fort pour dénoncer cette tragédie.          
Ce samedi et à leur initiative, une banderole géante sera déployée devant l’hôtel Iddou Anfa à Casablanca. Elle comportera les 780.000 signatures recueillies. Plus loin et autour de l’un des tribunaux les plus anciens de la ville, 475 ballons de baudruche seront lancés. Le chiffre n’a pas été choisi fortuitement. Il rappelle le tristement célèbre  article 475 du Code pénal  dont tous les militants des droits de l’Homme souhaitent la mort. Ce sera forcément la sentence qui sera rendue à l’issue du jugement que prononcera le 13ème tribunal organisé par l’Union de l’action féminine. Les débats que cette ONG organise, le même jour, à la même heure et au même hôtel porteront sur «le phénomène du mariage forcé des mineurs et le mariage avec le violeur ».
Cette machine médiatique qui a été enclenchée témoigne du raz-le-bol de la société face à l’indifférence du gouvernement. La violence contre les femmes n’a jamais été dénoncée que du bout des lèvres. Particulièrement la violence sexuelle qui relève du non-dit, voire du tabou. Les victimes du viol préfèrent la plupart du temps se taire que de faire état de leur inguérissable blessure. Le regard de la société demeure cruel. La victime devient forcément coupable. L’article 475 conforte cette idée puisque, pour éviter le scandale, le violeur condescend à contracter le mariage avec sa « supposée victime ». Alors que demande le peuple puisque l’ « honneur est sauf» ? L’essentiel n’est-il pas d’éviter la « hchouma »  (la honte) et d’être pointé du doigt ?
Mais la violence est bien là présente dans notre société et à tous les niveaux. Les statistiques sont éloquentes comme en témoigne la dernière enquête nationale sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes au Maroc publiée par le Haut commissariat au plan, même si les chiffres y afférents ne concernent que les victimes qui ont fait des démarches légales ou auprès des ONG. La violence sexuelle a pris une bonne part de l’enquête. Pour  preuve, 827.000 femmes ont été victimes de violence sexuelle, soit 8,7% de l’ensemble des femmes violentées. On compte le plus grand nombre de victimes parmi celles qui sont âgées de moins de 25 ans (12,1%), soit 226.000 femmes. En milieu urbain, cette même tranche d’âge est également la plus touchée. L’enquête a constaté, à cet effet,  que 139.000 femmes ont subi des violences sexuelles sur un ensemble de 554.000, soit un taux de 14,1%. Même dans le milieu rural, cette même tranche s’accapare la part du lion avec un taux de 9,8%  représentant 88.000 femmes sur un totale de 273.000.
Devant pareils chiffres, peut-on continuer à ignorer un tel fléau ? N’est-il pas temps de mettre en place un arsenal juridique qui, faute de l’éradiquer, pourrait au moins en limiter les effets néfastes. La balle est désormais dans le camp du gouvernement Benkirane.

 Avaaz, un mouvement
supranational démocratique


 Avaaz - qui signifie “voix” dans plusieurs langues d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est - a été lancé en janvier 2007 avec une mission démocratique simple: fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde que nous avons et le monde voulu par le plus grand nombre et partout.
 Avaaz offre à des millions de personnes venues de tous les horizons, la possibilité d'agir sur les questions internationales les plus urgentes, de la pauvreté à la crise au Moyen-Orient et au changement climatique. Son modèle de mobilisation par Internet permet à des milliers d'efforts individuels, aussi petits soient-ils, de se combiner rapidement pour devenir une puissante force collective.
 Active dans 14 langues et animée par une équipe professionnelle présente sur cinq continents et des bénévoles partout dans le monde, la communauté Avaaz agit — en signant des pétitions, en finançant des encarts dans les médias, en envoyant des messages et des appels téléphoniques aux dirigeants, en organisant des manifestations et des événements — pour faire en sorte que l'opinion et les valeurs des citoyens du monde influent sur les décisions qui concernent tout le monde.

Nezha MOUNIR
Samedi 7 Avril 2012

Lu 1255 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 08/04/2012 18:59
O MA PATRIE ! JE SUIS VENU TE SALUER.

Mais ta rue est une impasse, un labyrinthe…Un mythe. L’intention est chargée de regrets, d'actes manqués, de défis et d’interdits. Les libertés sont bridées de par les moyens limités et les privations, quand elles ne sont pas entravées de menaces, de peurs ou de sanctions exagérées.

VOIR LE PARAGRAPHE SUR L'ARTICLE 457.

CITOYENS !

Voici des paroles de nihilistes. Ceux qui jaloux, espèrent beaucoup, mais trouvent si peu de satisfactions autour d’eux.

« On n'est pas des parents, on n'est pas une famille, ni un pays uni ! Ni nationalisme, ni civisme, ni citoyenneté, ni idéologie, claire, ni religion apaisée, encore moins la culture, ne viennent renforcer nos liens, pour faire de nous un pays, jaloux de sa terre et une communauté soudée. Tout autour de nous n’est que frasques et apparences, discriminations, fractures sans honte et ostensibles prédations. Les gens râlent en silence ou s’époumonent en marches, en manifs et en cris. »

« La cause du déni et l’essence de la crise de conscience sont dans la perte des référentiels et de leurs oublis. On en vient à dédaigner notre histoire. On nous pousse à la dénigrer et à la mépriser. On ramollit nos convictions pour les affaiblir, certes. On incrimine nos clans, nos races, nos frères, nos amis, nos métissages, et notre entité plurielle. On nous déracine, on nous pousse à nous renier. Devenus traîtres et apostats, on parjure notre identité pour la dénoncer, volontiers. On affaiblit nos liens antérieurs pour les rompre, afin de nous amoindrir devant les autres pays et nous humilier devant les grandes nations. Nous avons réussi à nous dégrader et à abîmer notre image de nous-mêmes. Dépréciés, nous renonçons à nous-mêmes, en annihilant tous les efforts, toutes les opportunités qui peuvent ressusciter le ’’ sens de la patrie’’, que nous ont légué les plus anciens. »

A PAS DE BELGHA* POUR LE DEVELOPPEMENT !

Ou à pas de babouches vers la modernité. La zerba âla çlah ! Avec autant de retards, de crédits, de chômage, d'analphabétisme, d'exclusion, de racismes divers, de régionalismes fanatisés, de guerres larvées et de pauvreté, comment voulez-vous qu'ils se relèvent, qu'ils aident autrui ou qu'ils fassent plaisir à leurs maîtres ou au bon Dieu ? A fortiori qu'ils se sacrifient pour autrui, quand cet autre les néglige ou les pompe, s'il ne les asservit. Directement ou de façon téléguidée ! Comment voulez-vous qu'ils votent ou qu'ils aiment leur '' résidu de pays'' ? Je parle de l'endroit où ils sont nés et où ils passent leur temps et leur unique vie. Celle qu'ils tentent de gagner un tant soit peu !

Comment voulez-vous qu'ils se dévouent ou qu'ils pensent seulement au devoir de défendre, ce pays-leur, malgré les privations, contre les forces contraires à nos progrès ? Ou qu'ils soient, un tant soit peu, jaloux de nos retards, de nos besoins et de nos nécessités, pour les satisfaire ou les éponger? Non, il y a une INDH, morale, citoyenne nationaliste, civique, patriotique à faire entendre, à enseigner, à perfuser, à greffer A faire aimer et à développer !

Je ne généralise pas. Mais, le plus important pour positiver les acquis est ceci. Et ce sont les exceptions qui sont les cadres et les moteurs, les starters auxquels il revient de persévérer pour déployer cette dynamique renouvelée. Faire aimer son pays, cela s'enseigne…Il y a tant de chantiers pour développer cette culture à travers bien des thématiques…Mais elle a besoin d'abnégation et de rigueur sans faille. Pas de mensonges ni de tergiversations mais des exemples à multiplier pour donner confiance et lancer ce chantier ! Et la première entreprise est de stigmatiser les mal-acquis, les privilèges indus et la corruption. Les trafics de douane, les taxes antisociales, qui doivent commencer par une fiscalité encourageante et progressive, de tous les métiers productifs, qui échappent depuis des décades aux impôts.

FRACTURES CIVIQUES ET SERVICES COMMUNAUX…

Droit de grève, manifs et excès dans celles-ci, pénalisant les seuls usagers…Sabotages des études et des services de santé, de justice, les scolaires en premier...Voilà une des raisons de nos retards divers, de la baisse du niveau, voire de la démocratie ! Greffiers et profs, en grève ou en fonction, la différence est mince, pour certains ! Relation que beaucoup vivent comme des sévices et des exactions.

Ramed, extraits, cartes, permis, passes, papiers divers et compagnie, labyrinthes, au bout desquels, un sphinx en quête d’obole, vous persécute de sibyllines questions ! Le Graal des papiers. Le Procès de Kafka ne soulevait pas directement ce pan, obligé ou latent, de la ‘’corruption’’. Esperanto, langue universelle, que l’on parle quasiment dans toutes les nations, quelles que soient leurs administrations. Complexes, difficultés, entraves, que l’ignorance exacerbe. Monde dépravé et climat relationnel interhumain, de mépris, d’arrogance et de bassesses, où les abus, le pillage, les prébendes sont les manifestations les plus courantes de sordides concussions.

Il nous serait plus loisible de faire la queue sous la pluie battante ou le soleil de feu, pour un visa Schengen. Voire d’aller forcer le blocus, dans un pays sous embargo guerrier, que de subir les affres de nos frères du makhzen. Ce qu’on fait en leur mendiant de nous faire un simple papier en leur bonne administration. Ou, de nous indiquer, simplement et parfois encore, nos droits, avant de payer un impôt quelconque. Le collecteur, infime ou majuscule, devient un agent pénal, un monstre odieux, un maton punitif, qui exécute en s’enrichissant, les sanctions !

LA STRATEGIE DE LA CORRUPTION

Ils sont nés, esclaves dans leur pays, exploités par leurs concitoyens, qui les voient comme des êtres inférieurs, des gadgets gênants ou des proies. Les vermines infâmes, devenues des ronds de cuir, collent de sales réputations à leurs supérieurs et rares bons administrateurs. Au point que les cadres ont remplacé les colons, les plus haïs par leurs outrances routinières. Les administrés sont leurs assujettis obligatoires. Ils respirent mieux, ils jouissent, quand ils les méprisent et se sentent supérieurs quand ils les écrasent. Par leurs façons froides, détachées et narquoises, cyniques, voire méprisantes et hautaines, ils regardent les administrés, comme des gêneurs ou des offrandes obligatoires, qu’on leur sert pour les apaiser ou pour les payer, les soudoyer, quand ceux-là viennent chercher un service quelconque ou demander un droit.
Sans parler de l'accueil et des services, de la qualité de la réception et des locaux, des conseils sensés y être rendus, avec politesse, justesse et rigueur, aux citoyens dans leurs administrations. Des brimades, oui ! Les assujettis ressentent alors une forme de mépris et d'arrogance, une frustration, qui les éloignent de la citoyenneté véritable. Avec cette alternative qui s’impose aux administrés pour amadouer les forces contraires, celle de faire un sacrifice. De concéder une faveur contre un don, une offrande de cadeau. Le pourboire est une forme de reddition, un tribut dans ce lâche complot tactique. Le geste de corruption est vu alors comme geste libérateur, face à un mal pervers vivace, incontournable et persistant. Sinon un paiement, non facturé, qui ramollit l’adversité instrumentalisée, dans le but d’obtenir in-fine des droits ou pire de détourner à la loi à son avantage, dans un milieu qui ne sait vivre que de cela et comme cela !

L'INCIVISME FAIT RAGE

Là, sur les trottoirs et dans les rues…Voilà au demeurant, une concitoyenneté forcée, qui s'appelle un pays, un état, une patrie, une nation, c’est trop dire, avec des génériques d’homo sapiens, comme figurants. Mais, est-ce vrai ? Ils ne sont pas chez eux, puisque rien ne leur appartient ni ne les interpelle ! Fracturés sociaux, mal ligotés au bled et à la nation, fâchés avec leur pays, leurs maîtres, leurs langues et leurs gérants, ils sont incapables de se définir eux-mêmes. Ils n’ont pas ‘’d’identité’’ ! Le mot ayant perdu de sa valeur et de sons sens, colle mal à notre ‘’entité’’ ! Sont-ce des Personnes, ces gens que l’on rencontre et ces individus ? Déracinement, pulsions claniques, déshérences, perte des repères, errance aventureuse et désir passionnel de partir… Partir même en patère, le Styx et la galère, le sacrifice ultime ! Et ce, pour aller travailler chez les anciens maîtres réactualisés. Comme domestiques ! Peu considérés, chez des gens qui vous détestent, à cause de la crise, à cause de votre profil, du chômage qui est le leur.

Désintégration ! Qu’ont-ils de commun, qu’ont-ils à partager ? Savent-ils ‘’être’’ pour pouvoir donner ? Ou s’offrir et se sacrifier, pour une idée noble, un idéal, une terre, un pays, un deal ? Les leçons qui nous proviennent de l’extérieur ou du passé, de notre passé, ne peuvent pas être nous appliquées, maintenant et ici. Et les leçons scolaires, voire celles de la rue, de l’usine et du chantier montrent d’autres horizon, où la haine sévit et où la jalousie, la volonté d’avoir pour être, l’insatisfaction ne permettent pas qu’inculquer le ‘’minium vital de civisme’’, le ‘’minimum social d’amour’’ pour ce pays ou d’amitié et de respect envers autrui.

VOILA UN TERRAIN VAGUE,

Voilà un terrain vague, où des montagnes d’ordures s’étalent au nez du makhzen, défiant les autorités ! L’un de ces multiples espaces qui valent des milliards, qui sont sis au centre ville…Des centaines de ce type de propriété sont devenus des dépotoirs pour les voisins du quartier. Cet espace est livré aux détritus les plus immondes. Des vagues de déchets qui se déversent sur le trottoir et qui vomissent leur surplus sur le macadam, empêchant de marcher là où il le faut et gênant et les piétons et les autos. Au su et au vu de tous les cadres !
Les grands comme les petits, qui devraient circuler, chaque jour, un calepin à la main, régulièrement dans les quartiers, pour relever ce qui va de travers et qu’il faut restaurer en laissant des notes de travaux, aux services concernés ! Seulement, ils seront vite dépassés par le laisser-aller des apaches et des hooligans. Des horreurs sur le plan de la qualité de vie, de la santé, comme des apparences de propreté de la ville. La plaque d’immatriculation de notre sous-développement est vissée sur nous, sociétale, organique quasi génésique. On serait trop dépaysé si on nettoyait tout ça ! Et les Autorités n’ont pas d’autorité sur ces affres-là !


NOUS SOMMES DONC DANS UNE RUE.

Une ruelle devenue trop étroite et qui le devient encore plus, à cause d'une voiture ! Une auto, stationnée dans l’angle gauche, quasi parallèlement à une autre empêche toute tentative de passer entre les deux véhicules. Car le pauv'type d'ado, mal équarri, se permet d'ignorer le droit des gens. Celui simplement qu’il est de passer. Voici donc un droit qu’on a tendance à ne pas réclamer…Passer, là simplement où c’est public de passer ! Ce blocage est à l'image de certains fonctionnaires qui refusent comme des mules de bouger. Casé dans son véhicule, le chauffeur fait obstruction. Lui seul est le Cerbère de la rue, sinon de l’administration.
Dans notre cas, c’est seulement parce qu'il est occupé ! Et qu'il est en train de conter fleurettes, de discuter sans gêne avec une fille, laquelle est en train de se pâmer debout, sur le trottoir attenant. Après plusieurs coups de klaxons, il bouge. A peine, et ostentatoirement encore, pour montrer sa virilité. Et pour ne laisser qu'un passage difficile et très étroit. Un défi, une sorte de ‘’je t’emmerde, tu me déranges’’. Je le dérange en voulant passer ! Interpellé, lors de ma manœuvre pour tenter une issue, il refuse de comprendre qu'il obstrue la rue ! Les imbéciles et les cons, ont trop de classe, pour qualifier ce freluquet, cette gueule à claques, de ces noms. Ma kaïye makhzen, ma kayene oualdine, wa la qraya ! Et, le voilà qui répond avec insolence, le mépris que l'on peut deviner chez cette espèce de hooligans de quartiers, qui n'ont pas été concernés par l'évolution. Sans morale aucune dans leurs comportement, sans respect ni politesse et encore moins de droit.

EDUCATION ET CIVILISATIONS

Alors, ne leur reprochons pas à nos tuteurs, de parler de civilisations supérieures ?! Ni à la race des dieux de s’entendre sur toute la terre. Maîtresses qu’elles sont des finances, des armes, de la technologie et des lois. Et cela, malgré les guerres immondes qu’elles ont commises et qu’elles continuent de fomenter pour s’approprier les ressources et à susciter à pour dominer les états et nations…inférieures. Les races transcendantes et leurs civilisations éminentes, jusqu’à quand le resteront-elles encore, avec cette acrimonie et cette féroce voracité qui sont les leurs ? L'impolitesse n'a qu'un maître. Celui qui brime toute démocratie, pour écraser les velléités de libertés des gens, à cause justement de ces malappris, des sauvages en civil, restés pire que les bêtes, à qui ne conviennent, ad vitam, que les brimades, la prison et les sanctions. Diriez-vous !

Hélas, ça couterait cher de leur construire des pénitenciers et trop cher encore de leur donner à manger et de les surveiller ! Mieux vaut investir dans des écoles, à plein temps, sans récré, pour y placer leurs pères, faute de s’être correctement occupés de leurs mioches ! Alors, pour les rééduquer, leur inculquer la politesse et les manières, leur faut-il une république ? Comme celle des grenouilles de la fable de Jean De La Fontaine, avec comme chef, un roi, qui les gobbe et les croque !

A DEUX PAS DE LA, L'ENFER

Le fils du despote. Ce drôle d’oiseau, sur ses longues pattes élancé, ce tyran à contre courant, existe pourtant. Il est encore là, sévissant des plus belles en Syrie, où il prodigue aux siens, les mêmes exactions et répète, en plus haïssables encore, les scénarios de meurtres à grande échelle, qu’exécuta son assassin de père. Grand fossoyeur qu’il fut devant l’Eternel.

El Assad fils, planche sur la version ‘’guerre civile’’ afin de finir en grande pompe, comme Saddam et Kadhafi. Il semble persister dans le struggle envers Israël, encouragé par l’Iran, au lieu de suivre la voie démocratique, celui de la reddition et de la paix, il poursuit sa chute, dans le vide prescrit. Le piège et les plans machiavéliques des superpuissances, qui le vouent aux gémonies. Le plan est une décision vitale pour la liberté de l'entreprise et la place de leader du monde libre, qu'occupent dans le monde, les States et son filleul Israël. Il s'agit d'effacer toutes traces de forces contraires de même que les menaces, fussent elles verbales, qui viserait l’état d’Israël. Ce pays qui fut offert par les grandes puissances aux Juifs du monde, en réparation de l’holocauste nazie. Qui plus est, on laisse la Tribu de Dieu pratiquer avec arrogance son sport céleste favori ! S’étendre à perte de vies, étendre sa domination sur tout le Moyen-Orient, en volant avec plus de zèle, plus de terres à la Palestine engloutie, avec en agrément des arpents du bon dieu sur le voisinage. Un voisinage brimé, révolté par le silence de leurs parrains et maîtres permissifs, ou simples esclaves, inconscients et identitaires, qu’ils sont ?

C'EST UN HITLER DONC, QUE CE DESPOTE POURRI !

Mais seulement sur ses propres coreligionnaires ! Il tue, nargue et assassine pour raison d’Etat ! Un seul but qu'il manifeste celui de persister, accroché au pouvoir sur des gens, qu’il élimine par milliers, parce qu’ils ont le malheur de naître en Syrie et de crier barra*, dehors ! En se réclamant depuis le Printemps de faire dans la démocratie et d'espérer des libertés, comme à Londres, Madrid, New-York ou Paris ! Délire pour des Arabes ! Des gens qui doivent rester, enchainés à un pervers, comme certains, à jamais !
Qu'à cela ne tienne, Russes et Chinois, contraignent l'ONU et bloquent ses initiatives pudiques, pour protéger le fils de leur frère-dictateur. Les appétits des maîtres du monde, sont freinés par le diktat des asiatiques, qui activent leurs vétos à la face de l'humanité. Question de protéger encore, et pour combien de temps, le tyran qui veut remplir les cimetières à l'instar de son père Hafez, les fosses communes, par dizaines de milliers !

LA LOI DES GRANDS NOMBRES

C'est comme l'argent des prédateurs, on ne le compte pas en unités. Les âmes, chez ces gens, c’est le nettoyage ethnique, avec en balance des milliards de dollars. C'est-à-dire que la valeur des opposants, que l'on condamne au néant ont leur équivalent en marchés ou en pétrole qu’en ce faisant on va s’accaparer. Placé sous les auspices Russes et dans les bonnes grâces des Chinois, qui le prennent en pitié, eu égard à leurs places dans la région, El Assad, le dernier figurant de sa dynastie, résiste, malgré les harcèlements, apparemment humanitaires, des Euro-Etatsuniens et de leurs zélotes.

Ceux-ci, échaudés par le cas libyen, hésitent à créer un foyer similaire à celui de Saddam ou de Kadhafi. En réalité, ils s'en foutent. Ce régime doit s'éteindre, afin d'affaiblir cet immense pays, la Syrie ! Et le ruiner, pour des semblants de démocratisation, afin de se libérer tactiquement, d'un front inopportun, s'ils devaient allumer le foyer iranien. Attaque préventive à laquelle ils se préparent tous, assurément. Israël, l'enfant gâté, le premier ! Et ils ne perdront personne à la guerre, car la vie humaine, la leur, est trop chère auprès du bon Dieu. Le leur !

Guerre des boutons, guerre atomique, limitée, portée le plus loin possible pour éviter des retombées sur Israël. Alliance contre nature et embargos, ils opèreront de loin, grâce aux engins électroniques de l'oncle américain ! Sans perdre de soldats, ils allumeront l'enfer pour enfourner Arabes et Musulmans ! Du moins les gens et les pays, qu'on appelle ainsi, depuis les Croisades et leurs successives et incessantes colonisations !

L'AUTOROUTE

La route était pleine, parsemée de voitures de gendarmes. On devine que Sa Majesté devait passer par là, avec son impressionnante suite.

Les infos ont parlé d'une implorante manif à Casa qui rassemblait des milliers de marcheurs en colère, de cadres dépités et de membres du gouvernement, bien en vue, pour dire à Israël d'arrêter ses massacres de dément ! Ou de démon ? De cesser de massacrer les Palestiniens et de tuer toutes les tentatives de paix. D'arrêter ses meurtres ciblés, ses bombardements et ses pilonnages, ses exactions sur le bantoustan palestinien. Ainsi que sa sionisation* forcenée de la partie orientale d'Al Qods qui abrite un lieu de culte, qui fédère éminemment tous les musulmans. Qu'à cela ne tienne, ça ne servira à rien. Mais il fallait manifester, pour l'honneur, par devoir, face à l’arrogance, à l'injustice et au mépris. Discriminations, manœuvres, humeurs et cynisme politique, malversation et impérialisme, basés sur la haine raciste, des riches hyperindustrialisés qui financent et qui mènent le monde…à sa perte. Vous dites civilisation et modernité… Menine ?

DE LA TECHNIQUE AU MIRACLE

LES VACHES ET L'ARTICLE 457.

Des vaches, le cuir mal tanné sur les os, paissent en silence…Aucun mâle affamé ou en manque, ne vient les harceler, pendant qu’elles cueillent pour les feuilleter, les marguerites du pré…On n’a pas décrit de suicide après viol et mariage forcé, chez les vaches ! Le cas Amina Filali et autres Bouazizi, elles ne le connaissent pas.

Vexations. On ne forcera plus, Mme Bassima Hakkaoui, une fille violée, mineure par-dessus le marché, à se marier, avec son violeur. Dusse-t-il obtenir l'aval de sa belle famille, qui humiliée cherche à couvrir sa prétendue honte. Mais il faut relire cette inadéquation des actes et cette inéquation des sentiments. Par ce genre d'articles, on se détourne de l'acte de violence ultime pour le masquer. Sous couvert de la complaisance, la loi couvre, pour sauvegarder les apparences sociales, ce qui est un crime odieux et pénalisable. Ces mariages, bricolés comme une fracture par un rebouteux, sont l'expression d'une dérive indécente et lamentable. Mariage pénal, mariage sanction, mariage prison ! C'est la négation la plus totale du respect, de la fierté des droits et de la justice. C'est la légalisation infâme de l'abonnement au viol constant ! Qu'en est-t-il des sentiments, de la personne violée, contre gré, évidement ? Larguée sur le lit conjugal comme un objet sexuel, la victime vit le sexe comme embrochée sur un pilori. Ces souffrances répétitives, sont l'expression des bavures d'une justice inquisitoriale. C'est la négation des droits de l'enfant. De ceux surtout des tranches appauvries ou analphabètes que nos réformes veulent sauver et protéger.

La souffrance morale de la femme est préconisée comme une solution (de détresse) face à humiliation, par une société qui veut méconnaitre le sens vrai de l'amour, le sens de la liberté dans l'amour. Une société tendancieusement hypocrite, qui s'est assujettie à des lois machistes. Si nous restons prisonniers d'interprétations partiales, figées sur des héritages moyenâgeux, nous montrerons notre réticence à l'évolution des droits humains. Notre refus envers ceux de la femme, en particulier, serait d'une lâcheté honteuse et une dérive punitive de nos aspirations. La jeunesse déracinée est désorientée. Elle est mal ouverte sur le sexe. Sexiste et libertaire, elle est devenue plus dévoyée que par le passé. Alors qu'elle était contenue par des garde-fous, par des lois ou des interdits, qui forçaient au respect des normes sous la houlette des conduites morales et des lois religieuses strictes et respectées. Si la volonté d'évoluer nous manquait, en ce moment d'ouverture sur le monde moderne, nous démontrons notre schizophrénie sociale. Par ce refus démentiel, nous pousserons la femme à subir des affres pires que syndrome de Stockholm. Dès lors, nous nous devons de sortir de cette impasse éthique, juridique et civilisationnelle.

Cet hiver des sentiments, des lois et du climat a laissé tout le monde et la nature, la première, sur le sec. Espérons des ondées printanières sur les lois…

PAR AILLEURS

L'agriculture qui permet de donner à manger aux gens est difficilement fiscalisable. On ne frappe pas d'impôts sur leur santé, ceux qui sont sains ; et puis, ne paient les taxes sur leurs soins et leurs maladies, que les malades ! C’est le miracle marocain.

Celui d’essorer le sang des malades des plus values santé qui lui reste ! Je parle des taxes indirectes de Douane et de TVA sur les maladies. Comprendre par là, les taxes imposées sur les soins, les réactifs et les médicaments ! Alors qu’une voiture importée ne paiera plus rien. Pas plus que le livre ou pratiquement le blé. Et que les désastres agricoles, sont fort heureusement réparés ou soutenus, comme le pain, l’huile ou sucre, ou le gaz…Un tant soit peu…Ce qui est sincèrement louable. Mais, aux dépens de quels sacrifices de l’Etat ! Vivement une nouvelle Moudawana, une réforme qui changera le régime fiscal apposé à ce troisième sexe, réellement affaibli, celui des malades !

Arbres et végétation son encore au vert, ce Dimanche Premier Avril…Une blague ! Les agriculteurs, exempté d'impôts, seront récompensés pour leurs pertes dues au climat…Les caisses de l'Etat, grossies par les emprunts extérieurs et les impôts de tous, répareront les tords dus au climat ! Au profit des agriculteurs! Ils auront perdu leur pari agricole cette année. Les aider est juste un acte de solidarité, pour réparer leurs pertes et amortir leurs crédits ! Sinon, nous et les bêtes, nous ne trouverons plus rien à manger l'an prochain ! Et tout deviendra plus cher et bonjour les manifs et les troubles sociaux ! Mieux vaut prévenir, quitte à mendier, à vendre une partie du Maroc et à nous hypothéquer.

LA ROUTE

Et la route continue d’égrener ses kilomètres, avec ça et là des conducteurs, gauches, pour attirer l’attention sinon la critique, du moins les réformes de la Droite…Pendant que toutes ces mécaniques, ferrées d’inox et de physique, toute chimie du carbone à l'appui, avalent les kilomètres en raccourcissant le temps, je pense à ceux qui nous ont précédés dans la révolution industrielle. Einstein a tout dit de l'énergie, de la vitesse et de la masse. La masse physique, en kilos et non le magma social, en politique, qu’il est dangereux de faire bouger !
Au temple du carbone, les plantes enterrées il y a très longtemps, expirent leur ère géologique en ronflant. Qui en 4x4, bonjour l'ostentation, qui en car ou en camion, qui mené en bateau, en fusée ou en avion. Et l'atmosphère que tu respires et qui fait office de serre sur terre, fait craquer le ciel laïc et sa couche d'ozone, ça et là !

LES MOUTONS DU CIEL

Des centaines de moutons, leurs silhouettes de laine vaporeuses, sautent les haies blanches que forment les nuages. Le vent qui les carde, les pousse vers le large, en les coloriant avec les ors rouges du firmament. Ainsi créés de souffles et d'airs, dotés de vie et de mouvements, les voilà au zénith, en train de jouer à saute-mouton ! De quoi endormir les anges dans leurs cages célestes azurées.

LA PEAU

Puis là, sur l'asphalte, des restes de peau collent sur le goudron. Impossible de loin de discerner s'il s'agit d'un agneau ! Un cadeau du ciel, tombé sur cet autel, pour épargner la vie d'un routard, d'un roi ou d'un simple manant ! Ou qu'il s'agisse-là de la peau et des os, les vestiges d'un lièvre ou d'un chien, offerts en curée à ceux qui roulent vers le bas…

REFLEXION

Repas d'un moment, cérémonie d'offrande céleste ou libations, que reste-t-il des amours qui défilent et des jeux de l'oubli ? De la vie, si longue et si belle et si bien remplie, soit-elle ! De ses peines, pour le plus grand nombre et de ses travaux. Que reste-t-il de ses colères, des espoirs, des foutaises ou de ses fantaisies ? Que reste-t-il des biens qu'elle s'offre en pâture ou qu'on lui prend, face au néant qui s'ouvre, inéluctable, pour tous. Démocratiquement béant, également égalitaire, pour les chefs, les êtres et les bêtes, comme pour les plus illustres des présidents et des rois. Là, devant nous, sur la route, cette rivière qui coule, ce film kilométrique du temps ou ces nuages, qui jouent sur nos têtes, en s'effilochant ou en pleuvant..

SENTENCES ET LEGENDES

Equations égalitaires…Que reste t-il de donc la vache maigre, des bribes du chien écrasé ou des amours incertains du jeunot en voiture qui fait obstruction dans la rue ? Que restera-t-il de ce loup solitaire, surgit de derrière les barreaux, de ce journaliste prétentieux, devenu escroc et malandrin. De ce soi-disant beau-fils d'un ministre, en mal de culture avant qu'il ne professe à l'étranger ?

Qu'est-il resté de ce caporal, de cet agitateur devenu tyran, puis martyr, violé lui et ses enfants ? Que reste t-il de splendeurs et des vols des Grandgousier des caisses de l’état ? De ces richards, de ces chanteurs, de ces peintres, de ces généraux valeureux et omnipotents, qui faisaient trembler les lois, de ces ministres qui faisaient trembler les hommes et les animaux ? Quid de ces faux prophètes et de leurs zélotes ? Qui hissés sur des extrêmes religieux, sbires ferrés dans leurs carapaces impériales, qui n’auront duré, sommes toutes, qu'un instant ! Qu’en reste-t-il ? Des débris mal recyclés, des vomis, des corps carbonisés, en poussière ou enfouis sous terre ? On ne sait même pas où ?

Des souvenirs, parfois ressassés, par l’histoire ? Autant de questions banales, des mérycismes ramonés comme des remugles évanescents ou des quiz persistants ! Des réponses, quasi stupides, des paraboles et des slogans. Propagandes ou vérités, des programmes d'enseignement, infos et cultures, que l'on raconte aux gens, aux moments vains de leurs fugaces instants !
Que reste-il, pour former le caractère ou pour faire des cauchemars, pour qu’ils soient tranquilles les garnements ? Qu’ils dorment et nous faire, à leur insu des enfants ! Avec comme acteurs des monstres parmi les fées et les champions, en face des sorciers et des dragons. Des histoires ou des jeux et des films, bons à faire peur aux enfants, et qu’on leur martèle insidieusement, même quand ils sont devenus plus grands ?

AME OU AMALGAME

Et ce n'est pas une de conclusion pour cet intermède. Nous avons vu ailleurs que l'esprit qu'abrite ce corps est comme une chenille qui doit devenir papillon. Aspect d'un mutant, qui doit faire une sorte de stage dans une usine complexe que l'on appelle un corps. Un organisme fait à base d'argile et d'eau. Un corps, vivant, capable de se réparer et de se multiplier. Un être composite, sensé contenir un esprit, afin de le développer et d’en faire une âme, plus méritoire ? Une personne sensible, dont l'essence spirituelle est capable de vivre, un jour, éternellement. Enfin, une bonne mécanique, biochimique, capable de faire vivre en elle ce quelque chose, d’impalpable et d’invisible, qui la fait vivre…

Faut-il qu'il réussisse son passage, cet esprit ! Et qu'il se cultive et s'améliore d'abord, afin de ne pas rester un esprit faible, une conscience, un esprit fantomatique. Un semblant de lueur, une forme en peine, un spectre quelque part entre le ciel et la terre, surnageant ou engrangé dans les oublis. Vapeur de lumière, avatar ? Là, dans un univers plein de planètes, de lumières et certainement d'autres formes de vie ! Faut-il encore croire qu'on soit les seules créatures, douées d'intelligence, dans cette minuscule navette, ce berceau, cette éprouvette ? Cette petite planète où l'on pense qu'on est des êtres supérieurs ? Demandez au sieur Guéant ! Et les meilleures créatures de Dieu ? Demandez aux hommes de Sion ?

Toute cette morale, tous ces égards et ce civisme ne sont que des actes de piété. Moralisme de poète ? Suspect comme un rêve anticipé ! Des offrandes de la pensée, en partage à autrui…

Nous sommes tous égau x. Seuls ceux qui en profitent prétendent le contraire. Et nous avons le même Dieu. Car, s’il était absent on en aurait besoin. Et s’ils étaient nombreux ils se seraient fait la guerre ! Et l’Univers, pas plus que la Terre, n’aurait pas tenu !

Plus que la prière, les bonnes actions ou l'aumône, la conscience, le civisme, sont des exercices qui font de l'abruti ou de la bête, des êtres améliorés, élevés, muris et soignés. Plus cultivés que nous sommes et meilleurs que ce que l’on dit de nous. Si l’on peut comparer l’homme dans sa chute matérielle aux anges déchus, l’homme par-delà la matérialité de sa biologie, accédera à des concepts et des élévations plus proches de l’esprit. Plaisants, aptes à vivre, loin de l’égocentrisme et de l’individualité, éternellement admiratifs et reconnaissants, laudateurs du Seigneur, tout près du bon Dieu qui les aime….Sinon, il ne les aurait pas conçus !

Kénitra, le 03-08 Avril 2012, DR IDRISSI MY AHMED




Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs