Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un tiers des étudiants en médecine veulent travailler à l'étranger




Un tiers des étudiants en médecine veulent travailler à l'étranger
Un tiers des étudiants en médecine et des élèves infirmiers dans des pays en développement n'ont pas l'intention de travailler chez eux, une fois le diplôme en poche, selon une étude publiée mercredi par le Bulletin de l'OMS (Organisation mondiale de la santé).
"28% des étudiants et élèves interrogés comptaient chercher un emploi à l'étranger, alors que seuls 18% prévoyaient de choisir une carrière dans les zones rurales (...), là où ils sont le plus nécessaire", révèle cette étude, menée par le Dr David Silvestri, médecin hospitalier à Boston (USA).
Le Dr Silvestri et ses collègues ont interrogé entre 2011 et 2012 3.199 étudiants en médecine et élèves infirmiers, inscrits en première et dernière année dans les plus grandes écoles de médecins de huit pays (Bangladesh, Ethiopie, Inde, Kenya, Malawi, Népal, Tanzanie et Zambie).
24% des étudiants en médecine et 36% des élèves infirmiers ont indiqué qu'ils se voyaient travailler à l'étranger dans les cinq ans suivant l'obtention du diplôme.
Seuls 15% des étudiants interrogés ont réfuté toute idée d'émigration. "Nous avons constaté que les étudiants qui avaient grandi dans les zones rurales étaient les plus susceptibles de vouloir poursuivre une carrière dans ces régions", a déclaré le Dr Silvestri.
En conséquence, le médecin demande que ces étudiants, manifestant très tôt une telle intention, soient inscrits en priorité dans les écoles de médecine. "Les pénuries de travailleurs de santé ont été un facteur majeur de l'épidémie actuelle d'Ebola", a encore souligné l'étude.
Pour le Dr Silvestri, "nous n'avons pas accordé suffisamment d'attention au recrutement des étudiants les plus susceptibles de travailler dans les zones rurales où les besoins de santé sont les plus importants". Et de dénoncer le fait que les investissements engagés pour développer la formation de médecins et d'infirmiers dans les pays pauvres soient utilisés pour "former des personnes qui n'aspirent qu'à émigrer après leur formation".
En Afrique subsaharienne, il n'y a en moyenne que deux médecins et onze infirmières ou sages-femmes pour 10.000 personnes. A titre de comparaison, il y a 15 fois plus de médecins et huit fois plus d’infirmières ou de sage-femmes dans les pays riches pour 10.000 personnes.
L'émigration de médecins formés dans les pays pauvres vers les pays riches ne fait qu'accentuer ce déséquilibre, conclut l'étude. 

Jeudi 9 Octobre 2014

Lu 342 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs