Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un thriller palestinien primé par le Festival du film de Dubaï

Art, culture et spectacles




Un thriller palestinien primé par le Festival du film de Dubaï
"Omar" du réalisateur palestinien Hany Abu Assad, un thriller sur l'amitié et la vie de trois jeunes de Cisjordanie brisée par l'occupation israélienne, a été primé vendredi soir au Festival international du film de Dubaï.
Omar, jeune boulanger, escalade chaque jour le mur de séparation érigé par Israël pour retrouver sa petite amie. Mais sa vie bascule lorsqu'il est arrêté après avoir tiré un coup de feu avec ses deux amis d'enfance sur barrage militaire israélien.
Libéré à la condition de livrer celui parmi ses amis qui a provoqué la mort d'un soldat israélien, il recherche le traitre qui l'a livré pour se blanchir des accusations de collaboration.
Le film a reçu le Muhr (Etalon) du meilleur long métrage arabe et a valu à Hany Abu Assad le Prix du meilleur réalisateur.
"A mon avis, le cinéma palestinien est en train de faire des progrès, même s'il n'a pas atteint le niveau auquel nous aspirons", a déclaré à l'AFP le réalisateur, qui avait déjà raconté dans "Paradise Now" (2005) l'histoire de deux jeunes kamikazes qui renoncent au dernier moment.
Plusieurs longs métrages palestiniens ont été présentés au cours de cette 10e édition du Festival de Dubaï, qui commence à s'imposer comme principale vitrine de la production cinématographique dans la région. Ainsi, Cherien Dabis a dépeint dans "May in the summer" les difficultés des Américains d'origine arabe à s'intégrer dans la société jordanienne, après avoir montré dans "Amreek" (2009) le parcours d'une Palestinienne ayant choisi d'émigrer aux Etats-Unis.
Au total, 174 films venus de 57 pays ont été présentés durant le festival, dont une centaine de films du monde arabe.
Le prix spécial du jury a été décerné au film marocain "C'est eux les chiens", du réalisateur Hicham Lasri, sur le drame des prisonniers politiques.
L'actrice égyptienne Yasmine Raees a obtenu le prix de la meilleure actrice pour son rôle dans "La fille de l'usine", du réalisateur Mohamed Khan, chronique de la vie d'une jeune ouvrière égyptienne en butte au sexisme.
Parmi les autres films présentés figurait le long métrage du réalisateur syrien Mohamed Malas, "Une échelle pour Damas", premier film de fiction tourné dans la Syrie en pleine tourmente.

AFP
Mercredi 18 Décembre 2013

Lu 203 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs