Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un super exploit du côté de Bakau : Merci Eric ! Merci Ali !




Un match nul arraché de haute lutte à Bakau contre la redoutable Gambie, un pays aussi grand, aussi immense que le plus modeste des quartiers de Casa. C’est là un exploit qui mérite d’être salué à sa juste valeur. Apprécions, lisons et écoutons, tous ces commentaires fournis et analyses garnies qui, comme par enchantement, vont nous ressortir cette rengaine lancinante, répétant à volonté que Gerets est un  entraîneur raté, que le président F2A  et son équipe ne le sont pas moins que nos stars et vedettes qu’on encense  trop souvent sont moins que des joueurs ordinaires, itou…, itou…
Que  du bla-bla tout ça ! Un nul obtenu chez l’adversaire, ça ne se refuse pas.  Après la trop petite prestation en amical contre le Sénégal, le super coach Gerets ne nous a-t-il pas demandé une petite semaine pour nous servir une équipe métamorphosée qui ne jurerait que par la victoire ? Le résultat est là. On comprend maintenant pourquoi il s’est quelque peu rétracté en osant une trop énervante prémonition,  genre : « même si on perd, je reste… ».
Il reste donc. D’ailleurs, on a fait chômer tout un football pendant de trop longs mois, rien que pour l’attendre. Et si le A2F précité et ses prestigieux conseillers  l’ont fait, c’est parce qu’ils savaient à quel point le type était compétent, précieux surtout.
 Tous des jaloux, ceux qui seraient d’un avis contraire.  Il faut juste lui laisser le temps, à  l’onéreux Eric, le temps d’apprendre, pardi !
Parce que là, avec l’équipe du Maroc, il est en train de faire son apprentissage.C’est bien la première sélection qu’il prend en main.  Comme il faut lui laisser le temps de connaître l’Afrique qu’il est en train de découvrir aux frais du contribuable et au détriment  du Onze national.
 A moins qu’il soit de mauvaise foi,  et qu’il commette sciemment autant de bourdes pour se faire virer avec toutes les indemnités qui s’ensuivent.
Non, on ne saurait le croire, même si on a beaucoup de mal à gober qu’il fasse jouer en officiel quelqu’un qui n’a jamais été testé en amical, comme Belmaâlem, samedi à Bakau. Le vrai Maâlem dans l’histoire, c’est, lui, Eric Gerets. Il l’a prouvé en  effectuant, trop tôt les trois changements réglementaires pour nous contraindre à jouer à dix, pendant les vingt dernières minutes après la blessure  de Belhanda.

Libé
Lundi 4 Juin 2012

Lu 631 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs