Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un regard sur huit catastrophes humanitaires oubliées : «Témoins de l'oubli» en exposition au Cervantès de Casablanca




Un regard sur huit catastrophes humanitaires oubliées  : «Témoins de l'oubli» en exposition au Cervantès de Casablanca
La salle d’exposition de l’Institut Cervantès de Casablanca accueille à partir de jeudi 7 juin courant une exposition d’œuvres photographiques sur fond de drames humanitaires.
Organisée en collaboration avec le journal espagnol El Pais et l’organisation Médecins sans frontières (MSF), cette exposition porte un regard édifiant sur huit catastrophes humanitaires qui ravagent le monde.
L’exposition donne à voir une réalité qui n’est certes pas méconnue, mais que le monde et ses élites semblent avoir oubliée au profit d’autres préoccupations. Des images témoins des drames que vivent certaines régions du monde et que racontent, à la première personne, huit écrivains de renom de langue espagnole. Il s’agit de: Mario Vargas Llosa, Sergio Ramírez, Laura Restrepo, Juan José Millás, John Carlin, Laura Esquivel, Manuel Vicent et Leila Guerriero.
«Les auteurs ont participé volontairement ; ils ont fait leur reportage en toute liberté, tout en primant le témoignage des victimes», souligne-t-on à l’Institut Cervantès. D’après les organisateurs, «ces huit reportages ont rapproché la figure humaine de ces contextes de violence continue et d’oubli médiatique aux lecteurs d’El Païs Semanal entre 2009 et 2010 ». Et de préciser que les notes de reportage de ces derniers sont rassemblées dans cette exposition avec, en plus, des images et des vidéos inédites.
Présentée sous le signe «Témoins de l'oubli», cette exposition dresse des «portraits de l'horreur quotidienne dans un plaidoyer contre la négligence et l’indifférence, un pari pour l'engagement envers les victimes de violence, maladie et exclusion extrême en Amérique latine, Asie et l'Afrique», résume-t-on.
L’exposition, qui se tient jusqu’au 8 juillet prochain, offre ainsi l’occasion au public marocain et amateurs de photographies de prendre le pouls du monde, particulièrement dans ces régions en proie aux crises et aux nombreux maux. Et d’apprécier, à leur juste valeur, la tragédie qui s’y déroule sous le regard indifférent du monde.
C’est en cela que l’on peut dire que cette exposition «nous rapproche de la souffrance, de la violence continue et aussi de l’oubli médiatique des coins les plus dévastés de la planète: République démocratique du Congo, Haïti, Yémen, Cachemire, Malaisie et Bangladesh, Guatemala, Colombie et Zimbabwe», précisent les organisateurs.
Le vernissage de cette exposition aura lieu en présence de Jesús Ruiz Mantilla. Journaliste et écrivain, ce dernier travaille dans le journal El País depuis 1992. Il est le commissaire de l’exposition.

ALAIN BOUITHY
Vendredi 1 Juin 2012

Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs