Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un rapport d’Amnesty dénonce le traitement réservé aux étrangers : La Libye mise à l’index




Le dernier rapport d’Amnesty International sur la Libye, publié mardi, dresse un bilan plutôt sombre de la situation des droits de l’homme : répression et disparition de dissidents, flagellation pour adultères et innombrables atteintes aux droits des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile, pour la plupart des Africains qui tentent de rejoindre l’Italie et l’Europe. «Si la Libye veut une quelconque crédibilité sur le plan international, les autorités doivent veiller à ce que personne ne soit au-dessus des lois», dénonce Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Sud.
En juin 2009, Tripoli a ordonné au bureau du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) de quitter le pays, déplore Amnesty International. Or, les ressortissants étrangers sont fortement «représentés» parmi les condamnés à mort - la moitié des 504 personnes attendant de passer devant le peloton d’exécution, en mai 2009. «Ces étrangers sont particulièrement vulnérables, note le rapport, les autorités ne leur fournissant ni traducteur ni la garantie de pouvoir rencontrer immédiatement les représentants consulaires de leur pays d’origine».
Les migrants, réfugiés et demandeurs d’asile vivent en permanence dans la peur. «Peur d’être arrêtés et détenus indéfiniment dans des locaux surpeuplés, peur d’être exploités, battus et maltraités, peur d’être renvoyés de force chez eux, où les attend un avenir incertain, voire des persécutions et la torture».
Amnesty International relève par ailleurs une contradiction pour le moins gênante : la Libye, membre du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, refuse que des experts indépendants mandatés par cet organe interviennent sur son territoire.
Une mission d’Amnesty International s’est rendue en Libye, en mai 2009, pour la première fois en cinq ans. Les experts de l’ONG ont séjourné à Tripoli et visité un centre de détention à Misratah, mais n’ont pas été autorisés à se rendre dans la ville secondaire de Benghazi, pour y rencontrer des prisonniers et les proches de victimes de disparitions.
Les délégués d’Amnesty ont soumis aux autorités une liste de plus de 200 personnes arrêtées et disparues depuis 1989, ainsi que les noms de trois dissidents libyens disparus au Caire dans les années 90. Aucune réponse ne leur a été faite en retour. 

AFP, AP, Reuters
Samedi 26 Juin 2010

Lu 364 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs