Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un puceron résistant aux pesticides pourrait dévaster les cultures aux Etats-Unis




Un puceron résistant aux pesticides et porteur de virus dévastateurs pour les cultures a été trouvé pour la première fois dans la nature aux Etats-Unis, soulevant de nombreuses inquiétudes pour les récoltes de fruits et de légumes.
Ce puceron a été repéré en avril dans les jardins manucurés du riche comté de Palm Beach, en Floride (sud-est), où les jardiniers pulvérisent pourtant régulièrement des insecticides sur les parterres de fleurs et les arbustes.
L'insecte, l'une des espèces les plus invasives au monde, avait déjà été trouvé dans une pépinière privée en Arizona (sud-ouest) il y a plus de dix ans et a depuis été signalé dans plus de 20 Etats. Mais, à chaque fois, il était dans des serres ou chez des pépiniéristes, pas dans la nature.
C'est la première fois qu'il est découvert en pleine nature sur le sol américain, ce qui constitue une réelle menace pour les cultures de tomates, de haricots, de coton ou de melons.
"Le problème va être beaucoup plus difficile à contrôler" et ces pucerons pourraient bien ne jamais être éradiqués, estime Lance Osborne, professeur d'entomologie à l'Université de Floride.
"Ce qui les rend vraiment différents, c'est cette résistance aux pesticides", a-t-il prévenu lors d'un rassemblement de plusieurs dizaines de producteurs qui souhaitaient en apprendre davantage sur ce nuisible à Homestead, zone agricole près de Miami.
"Le meilleur traitement que nous avons tue 90-91% d'entre eux", reprend M. Osborne.
Les pucerons consomment l'humidité des feuilles, et leurs déjections permettent le développement de champignons. Les feuilles brunissent, ce qui rend la photosynthèse plus difficile. En outre, ces insectes transportent plus de 100 maladies virales qui affaiblissent les plantes et peuvent rendre fruits et légumes non comestibles.
Il y a des dizaines de pucerons différents de par le monde. Celui-ci, dit de biotype Q (Bemisia tabaci, de son nom scientifique), trouverait son origine dans les régions méditerranéennes, probablement dans les champs de tomates en Espagne et au Portugal, des pays où le puceron est entretemps devenu résistant aux pesticides.
Le danger est pris très au sérieux en Europe, où les autorités appellent les agriculteurs à la vigilance, et jusqu'en Israël où, là aussi, le puceron résiste aux traitements.
Pour le ministère de l'Environnement du Royaume-Uni, cet insecte "a le potentiel pour devenir un fléau majeur".
En Floride, il a été trouvé depuis avril dans plus de 40 endroits sauvages à travers cet Etat.
Ce puceron peut vivre sur 600 sortes de plantes différentes, dont 300 sont cultivées en Floride, selon le département de l'Agriculture.
"Outre le fait qu'il est résistant aux pesticides, nous sommes aussi inquiets à cause du nombre de plantes dont il peut s'accommoder", reprend M. Osborne. "Ils trouveront toujours quelque chose dans le sol à quoi s'attaquer", rapporte l’AFP.
Le "biotype Q" n'a pas encore fait de gros dégâts en Floride mais les autorités multiplient les contrôles et inspections, préparant des plans pour tenter de contrôler la prolifération de ce puceron en imposant par exemple des quarantaines quand nécessaire.
"Le puceron biotype Q représente un sérieux risque pour l'industrie agricole en Floride, qui représente 120 milliards de dollars, et les deux millions d'emplois qui en dépendent", prévient Adam Putnam, commissaire pour l'agriculture de Floride.
D'autres types de pucerons sont considérés comme ayant contribué aux famines en Afrique et ont semé la pagaille dans le monde agricole du sud des Etats-Unis dans les années 1980 et 1990.
Les agriculteurs de la région ont de ce fait été sensibilisés à ce danger et sont encouragés à contrôler régulièrement leurs plants. Ils peuvent aussi envoyer gratuitement des échantillons à l'université de Floride pour des analyses. Et les autorités mènent de nombreux contrôles inopinés, même si ça ne plaît pas à tout le monde.
M. Osborne a appelé les agriculteurs à ne pas paniquer: l'arsenal d'insecticides existant aujourd'hui est plus efficace qu'il y a 30 ans et "on peut mieux contrôler les infestations si on combine les produits et qu'on établit un programme" de lutte, a-t-il assuré.
Il n'existe toutefois pas de formule magique et si ces insecticides sont plus puissants qu'auparavant, ils sont aussi accusés de décimer les populations d'abeilles et autres insectes pollinisateurs nécessaires aux cultures.
Et étant donné la nature résistante de l'adversaire, des solutions naturelles ou bio ne marcheraient pas, regrette M. Osborne.

Mardi 30 Août 2016

Lu 118 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs