Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un projet de taxer la « malfouffe » fait grincer les dents en Roumanie




Un projet du gouvernement roumain de taxer la "malbouffe"afin de lutter contre l'obésité fait grincer des dents les professionnels de l'alimentation et suscite des doutes sur son efficacité.
Cette taxe, si elle était adoptée, est très rare en Europe. La France avait songé à une telle mesure en 2008 avant d'y renoncer.
"Nous ne pouvons plus rester les bras croisés. Il faut réapprendre aux Roumains à se nourrir correctement", a déclaré le secrétaire d'Etat à la Santé, le docteur Adrian Streinu-Cercel, en défendant ce projet à l'occasion d'un débat public cette semaine. Une tâche ardue dans un pays connu pour ses repas copieux, souvent assez gras et qui incluent invariablement de la viande de porc.
Selon les statistiques du ministère, près d'un Roumain sur deux est en surpoids, ce pays occupant la 3e place en Europe pour la prévalence de l'obésité. Les maladies et désordres associés aux mauvaises habitudes alimentaires ont également fortement progressé ces dernières années, notamment parmi les jeunes.
Si l'obésité touche encore un nombre limité d'enfants (3,5%), c'est la tendance qui inquiète, ce pourcentage ayant doublé en quatre ans.
Les industriels ne contestent pas ces chiffres. Mais ils estiment que ce n'est pas en imposant une nouvelle "contribution", "en plus des 300 autres taxes" déjà en vigueur, que la situation va changer.
Ils accusent en outre le ministère de la Santé d'avoir préparé ce projet sans consulter patronat et syndicats et surtout sans préciser quels produits seraient concernés.
"Les Roumains mangent mal parce qu'ils sont pauvres", explique Dragos Frumosu, président du syndicat de l'industrie alimentaire. Pour lui, taxer hamburgers, chips ou autres pâtisseries ne ferait que pousser les gens à se tourner vers d'autres produits bon marché, "encore moins sains et fabriqués dans des conditions insalubres".
"Toute mesure restrictive peut avoir l'effet contraire si elle n'est pas accompagnée d'une campagne d'éducation. C'est comme le fruit interdit", a déclaré à l'AFP le directeur de l'Institut de recherches alimentaires, Gheorghe Mencinicopschi.
Mihai Visan, président de Romalimenta, une association regroupant des professionnels du secteur, insiste, lui, sur "l'impact économique et social" de ce projet, qui pénaliserait les consommateurs, car après une année 2009 marquée par une sévère récession, les producteurs répercuteront la taxe sur les prix. Les syndicats évoquent déjà des hausses allant jusqu'à 20% et 35.000 emplois supprimés.
"C'est insensé de parler de chômage et de majoration des prix, tant que la liste des produits visés n'a pas été arrêtée", a répliqué le dr Streinu-Cercel.
Le gouvernement avait néanmoins évoqué des recettes d'un milliard d'euros par an.
Les experts rappellent que des initiatives similaires ont tourné à l'échec par le passé. Une "taxe sur les vices" a ainsi privé le budget public de 375 millions d'euros après un boom du marché noir des boissons alcoolisées, moins chères car non taxées, et donc privilégiées par les consommateurs.
"La taxe sur les vices avait été très mal accueillie par l'UE", souligne Dan Schwartz, expert fiscal et membre de la Chambre de commerce roumano-américaine, qui précise que le domaine des taxes est strictement réglementé par Bruxelles.


AFP
Mercredi 10 Février 2010

Lu 168 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs