Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un poste de la milice du Polisario à Tindouf attaqué par de jeunes Sahraouis




Les habitants n’attendaient que l'occasion pour s’en prendre aux miliciens



Le prétendu tribunal militaire du Polisario a condamné, le 14 septembre courant, neuf jeunes habitants du camp «Laâyoune» appartenant aux tribus Rguibat et Aït Oussa, à six ans de prison ferme. Les jeunes prévenus avaient été arrêtés, le 23 juin dernier, par des éléments de la prétendue gendarmerie du Polisario, dans la localité de «Bouguerba», en possession de 150 kg de chira. Cette condamnation a provoqué la colère des habitants des camps, notamment ceux du camp dit Laâyoune.
Ainsi, un groupe de jeunes ont attaqué dans la nuit du 14 au 15 septembre, c'est-à-dire le jour où le verdict condamnant les neuf accusés avait été prononcé, l’un des nombreux postes  de contrôle installés, dans les camps pour contrôler les mouvements des habitants. Le poste objet de l’attaque était sous le commandement de ce qui est appelée la «6ème région militaire».
Les jeunes gens  qui circulaient à bord de véhicules tout-terrain, ont réussi à neutraliser les deux sentinelles en faction devant le poste militaire. Ils les ont dépossédées de leurs armes dont un  fusil mitrailleur de marque Kalachnikov avant de les ligoter pour prendre la fuite, à bord de leurs véhicules.
Cette attaque a provoqué un branle-bas de combat dans les rangs  des miliciens appelés en renfort qui se sont, aussitôt, lancés à la poursuite des jeunes  assaillants. Les habitants du camp de Laâyoune, comme tous ceux des camps, n’attendaient qu’une occasion pour s’en prendre aux miliciens. Ils ont vite fait de  prendre les poursuivants à partie avant de prendre d’assaut le poste de contrôle qu’ils ont incendié et de s’attaquer, ensuite  à coups de pierres, aux sécuritaires du Polisario qui ont dû prendre la fuite pour sauver leur peau.
D’ailleurs, indique une source des camps, ces derniers temps, les postes de contrôle militaire à travers les camps sont devenus la cible privilégiée des jeunes désœuvrés et frustrés de se sentir épiés et encerclés pour être maintenus dans une situation d’exclusion.  Ce n’est pas la première fois, nous explique un interlocuteur des camps, que des jeunes désespérés et n’ayant rien à perdre, s’attaquent aux postes de la milice du Polisario. Les familles de jeunes condamnés estiment que leurs enfants sont innocents et que les preuves apportées, lors du procès, étaient un coup monté par les dirigeants du Polisario qui sont les vrais trafiquants. Par ce procès, ils tentent de détourner l’attention sur les forfaits qu’ils n’ont cessé de commettre depuis plusieurs années déjà.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 21 Septembre 2015

Lu 1449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs