Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un policier afghan tue son commandant et un responsable local

L’Afghanistan a un gouvernement avec plus de 100 jours de retard sur les délais fixés




Un policier afghan tue son commandant et un responsable local
Un policier afghan a tué lundi son commandant et le gouverneur de district dans la province de Helmand dans une attaque dite "de l'intérieur", un phénomène qui avait diminué ces derniers mois, ont indiqué mardi à l'AFP des responsables.
Le policier a ouvert le feu sur Sayed Murad Agha, le chef du district de Nawzad et Shamsullah son commandant, a précsié à l'AFP le chef de la police de la province Farid Ahmad Obaid.
Deux autres personnes ont été blessées dans cette attaque.
"L'assaillant a été blessé dans la fusillade avec les gardes et est décédé un peu plus tard à l'hôpital", a-t-il précisé avant d'ajouter: "Nous ne connaissons pas les motivations de cette attaque".
Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a toutefois revendiqué l'attaque sur son compte Twitter officiel, expliquant que le policier était l'un des leurs infiltré dans les forces de l'ordre. Les talibans ont multiplié les attaques ces dernières semaines, profitant du départ des forces de combat de l'Otan, dont la mission s'est terminée le 31 décembre après 13 années de conflit en Afghanistan. Par ailleurs, à Kaboul mardi, une bombe placée sur le bord de la route a tué au moins deux personnes, selon la police. La bombe a totalement détruit un véhicule civil. Les talibans ont également revendiqué cet attentat. Les attaques de talibans infiltrés dans les forces de sécurité afghanes, et visant notamment les militaires de l'Otan, ont commencé à diminuer après 2012. A rappeler que l'Afghanistan s'est doté lundi d'un gouvernement d'union nationale, plus de trois mois après l'investiture du président Ashraf Ghani, alors qu'une impasse politique menaçait de miner la relance économique et de nourrir l'insurrection islamiste. Le secrétaire général de M. Ghani, Abdul Salam Rahimi, a lu les noms de 25 ministres, dont trois femmes, qui vont former le nouveau cabinet, après plusieurs semaines de négociations entre les deux anciens rivaux de la présidentielle de 2014, le président et son chef de l'exécutif Abdullah Abdullah. Le résultat de ce premier gouvernement d'union nationale est un subtil mélange de noms issus des deux camps et des principales ethnies du pays, comme les Tadjiks et les Pachtounes. M. Abdullah ayant rallié les premiers et M. Ghani les seconds. Parmi les nouveaux ministres figure Salahuddin Rabbani, un Tadjik proche de M. Abdullah et fils d'un ancien président et chef du Haut conseil pour la paix, organe chargé par Kaboul d'organiser des pourparlers avec les talibans, qui hérite du poste de chef de la diplomatie afghane. Sher Mohammad Karimi, un Pachtoune proche de M. Ghani, hérite du porte-feuille clé de la Défense, alors que les troupes de combat de l'Otan viennent de se retirer du champ de bataille. Les forces de sécurité afghanes affrontent désormais seules sur le terrain l'insurrection des talibans.

AFP
Mercredi 14 Janvier 2015

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs