Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un plan de sortie de crise au Yémen : Un possible départ du président Saleh




L'émissaire de l'ONU au Yémen, Jamal Benomar, a estimé mardi qu'"un compromis" était possible entre le pouvoir et l'opposition yéménites pour une sortie de la crise qui secoue ce pays depuis près 10 mois. "S'il y a une volonté politique, un compromis est possible" entre les deux parties, a déclaré à l'AFP M. Benomar, en mission à Sanaa depuis le 10 novembre pour le suivi de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Yémen.
 "Il y a un accord sur les grandes lignes d'un règlement, mais il reste des questions en suspens à résoudre" , a-t-il indiqué.
Un plan de sortie de crise, proposé par les monarchies du Golfe, a été accepté et signé par le parti au pouvoir et l'opposition, mais le Président Ali Abdallah Saleh refuse de parapher ce plan qui prévoit son départ du pouvoir, réclamé depuis janvier par la rue qui l'accuse de corruption et de népotisme.
Le Conseil de sécurité a demandé le 21 octobre au Président Saleh de signer ce plan, qui prévoit notamment qu'il remette le pouvoir à son vice-président, Abd Rabbo Mansour Hadi, en échange d'une immunité pour lui et sa famille.
Le plan du Golfe achoppe aussi sur un mécanisme d'application, élaboré à l'initiative de l'émissaire de l'ONU, pour une période de transition.
 "Beaucoup a été fait. Il y a un accord sur l'organisation et la gestion de la période de transition" , a affirmé M. Benomar, indiquant toutefois que  "des divergences persistent sur le début de la transition, notamment sur les prérogatives du vice-président et le statut du Président Saleh" .
Dans un entretien à la chaîne française France 24, M. Saleh a affirmé lundi qu'il quitterait  "bien sûr"  le pouvoir après un accord sur le mécanisme de transfert du pouvoir et après des élections présidentielles anticipées.
Il a laissé ainsi entendre qu'il resterait en poste même une fois qu'il aura délégué le pouvoir à son vice-président, ce que conteste l'opposition.
La répression des manifestants qui réclament la démission du Président Saleh et les affrontements entre troupes rivales ont fait des centaines de morts depuis janvier au Yémen.

AFP
Jeudi 17 Novembre 2011

Lu 580 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs