Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un patch électronique pour surveiller la condition physique d’un patient




Une équipe de chercheurs américains a mis au point un minuscule patch épidermique capable de surveiller les signes vitaux d'un patient grâce à des capteurs électroniques.
Le nouveau système électronique épidermique (Epidermal Electronics System ou EES) est une véritable révolution. Doté d’une souplesse, élasticité et densité équivalente à celle de la peau, il adhère à l’épiderme comme un tatouage temporaire et assure un suivi rigoureux de la condition physique d’un patient en dehors de l’hôpital.
Composé de capteurs, diodes lumineuses et microtransmetteurs, l’ESS est capable de capter les signes vitaux d’un sujet sans lui procurer la moindre gêne. Les mesures du rythme cardiaque ou encore de l'activité cérébrale et musculaire sont transmises à un ordinateur sous la forme d’un algorithme informatique.
Contrôler sans déranger
Pour les médecins, ce nouveau patch électronique représente un outil précieux. Ils pourront désormais surveiller les fonctions corporelles de leurs patients sans avoir à utiliser les appareils actuels lourds et encombrants consistant à fixer des électrodes sur la peau avec un gel visqueux. "Ces machines sont utiles dans certaines situations cliniques, mais dans le quotidien, elles restreignent le mouvement et provoquent une irritation de la peau" explique John Rogers, chercheur à l'Université de l'Illinois.

"Notre but était de mettre au point une technologie électronique pouvant s'intégrer à la peau humaine d'une manière qui est mécaniquement et physiologiquement invisible à l'utilisateur" poursuit le chercheur. De 40 micromètres d'épaisseur, le minuscule circuit électronique est intégré dans un film de polyester prévu pour faire adhérer le système à la peau. Le principe d’application est simple : le patch déposé sur le corps du patient est légèrement humidifié pour dissoudre la feuille de protection puis doit être laissé sécher à l’air libre.
De nouvelles perspectives
Si la première génération de patchs médicaux a été conçue pour surveiller les signaux électrophysiologiques associés aux fonctions vitales, les chercheurs prévoient de concevoir une nouvelle lignée disposant d’autres fonctions. "D’autres perspectives sur la fonctionnalité de ces appareils peuvent déjà être envisagées : la surveillance des ondes du cerveau, la stimulation des contractions musculaires, l’activation de sons chez des personnes atteintes de maladies du larynx, ou encore l’émission de chaleur favorisant la guérison des blessures" conclut John Rogers. 

Maxisciences
Jeudi 18 Août 2011

Lu 136 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs