Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un océan de magma en fusion sous la surface de Io




Io, une des lunes de Jupiter, plus grosse planète du système solaire, a un océan de magma en fusion ou partiellement fondu sous sa surface, selon une nouvelle analyse des données provenant de la sonde américaine Galileo publiée jeudi.
Ces travaux offrent la première confirmation directe de l'existence de cette couche de magma qui explique pourquoi Io est l'objet le plus volcanique connu dans le système solaire, relèvent les auteurs de cette étude parue dans la revue américaine Science datée du 13 mai.
"Nous comprenons finalement d'où vient le magma de Io et avons une explication à certains des phénomènes inexpliqués que nous avons observés dans les données du champ magnétique recueillies par Galileo", note Krishan Khurana, de l'Université de Californie à Los Angeles, principal auteur de cette communication.
"Il apparaît que Io émettait continuellement un signal en réaction au champ magnétique de Jupiter qui correspond à ce qu'on peut attendre de roches en fusion ou partiellement fondues en profondeur sous la surface de cette lune", ajoute-t-il. Ces phénomènes avaient été constatés dans les données du champ magnétique transmises par les instruments de Galileo lors de ses survols rapprochés de Io en octobre 1999 et février 2000.
Io, la lune la plus proche de Jupiter, produit environ 100 fois plus de lave chaque année que tous les volcans réunis sur la Terre.
Cette forte activité volcanique s'explique par la présence de cet océan de magma tout autour de Io à une profondeur de 30 à 50 km sous sa croûte.
"Selon des théories, la Terre et la Lune auraient également pu avoir des océans similaires de magma il y a des milliards d'années au moment de leur formation", observe Torrence Johnson, un ancien responsable scientifique du projet Galileo basé au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena (Californie, ouest) qui n'a pas participé à cette étude.
Galileo a été lancée en 1989 et s'est mise sur l'orbite de Jupiter en 1995.
Après avoir accompli avec succès ses missions, Galileo a été volontairement désorbitée pour se désintégrer dans l'atmosphère de Jupiter le 21 septembre 2003. Les scientifiques continuent de prendre connaissance des données extrêmement nombreuses envoyées par la sonde avant de se désintégrer.

AFP
Lundi 16 Mai 2011

Lu 190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs